Les lancements de la semaine du 24 au 30 août : Long March, GSLV et Proton

Pour cette semaine aux 3 lancements réussis, nous avons eu le droit à un lancement surprise, un lanceur qui confirme et le retour en vol d’un autre.

Un lancement surprise de Long March 4C

Jeudi 27 aout à 2h31 UTC, une fusée Long March 4C a décollé du Taiyuan Satellite Launch Center.

Ce lancement comme c’est souvent le cas pour les fusées chinoises aux charges utiles militaires, n’a été annoncé que quelques heures avant le décollage.

A bord de la Chang Zheng-4C (autre nom du lanceur), le satellite Yaogan 27, déclaré officiellement par les médias chinois accrédités comme «un nouvel outil de détection à distance qui sera utilisé pour des expériences scientifiques, d’arpentage, l’évaluation du rendement des cultures, et la surveillance des catastrophes ». Cependant, comme ce fut le cas dans les derniers lancements de la série Yaogan Weixing, les analystes occidentaux estiment que cette classe de satellites est utilisée à des fins militaires.

Peu après le lancement, il a été signalé des dégâts sur une maison dans la province Shaanxi :

Débris de la fusée CZ-4 (moteur du premier étage ?) lancée le 27/08/15 retombé sur une maison dans la province Shaanxi en Chine (source @sinodefence)

Débris de la fusée CZ-4 (moteur du premier étage ?) lancée le 27/08/15 retombé sur une maison dans la province Shaanxi en Chine (source @sinodefence)

C’était le 4e lancement orbital pour la Chine cette année.

 

Tir réussi pour le lanceur lourd de l’Inde

Jeudi 27 aout, le lanceur lourd indien GSLV (Geosynchronous Satellite Launch Vehicle) a décollé avec succès du Satish Dhawan Space Center (Sriharikota).

Le satellite de télécommunications GSAT-6, construit part l’ISRO, l’agence spatiale indienne, pesant 2117 kg, a été placé correctement sur l’orbite de transfert, les panneaux solaires se sont déployés nominalement et la phase de commissionning a déjà commencé (mise en route du moteur d’apogée pour circulariser l’orbite de transfert puis démarrage de la charge utile de télécommunications). GSAT-6 fournira des services de communication en bande S pour l’Inde. 

Le satellite GSAT -6 avant mise sous coiffe (credit ISRO)

Le satellite GSAT -6 avant mise sous coiffe (credit ISRO)

Il s’agissait du neuvième vol de la GSLV conçue pour injecter des satellites de communication de 2 tonnes en orbite de transfert géostationnaire (GTO). C’était le troisième vol avec le moteur cryogénique 100% indien. Ce lanceur pourrait servir également pour des missions interplanétaires ambitieuses, vers Mars par exemple.

Pour compléter : la brochure de vol

Retour en vol pour Proton

A 11h44 UTC le 28 août, une fusée Proton opérée par ILS (International Launch Services) a décollé avec succès du Cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan).

 

Après 15 heures et 31 minutes de vol, le satellite de télécommunications Inmarsat-5F3, pesant 6 tonnes, a été placé sur une orbite de transfert géostationnaire super-synchrone ou SSTO (Super Synchronous Transfert Orbit, orbite dont la période est supérieure à la période de rotation de la Terre, et qui permet de faire des économies de carburant pour la mise à poste du satellite). Le satellite, fabriqué par Boeing Satellite Systems, pour l’opérateur britannique Inmarsat, est équipé d’un système de propulsion électrique pour son maintien à poste.

Le satellite Inmarsat-5-F3-à Baikonour avant la mise sous coiffe (source Tsenki)

Le satellite Inmarsat-5-F3-à Baikonour avant la mise sous coiffe (source Tsenki)

Ce lancement a marqué le retour en vol du Proton après l’échec de mai dernier. C’était le 4e lancement Proton en 2015, le 405e depuis son premier vol en 1965. Le manifeste du lanceur est très chargé. Le prochain tir Proton est prévu à ce jour le 14 Septembre avec le satellite Ekspress AM-8.

 

Une réflexion sur “Les lancements de la semaine du 24 au 30 août : Long March, GSLV et Proton

  1. Ainsi donc, le satellite Yaogan 27 serait « un nouvel outil de détection à distance qui sera utilisé pour des expériences scientifiques, d’arpentage, l’évaluation du rendement des cultures, et la surveillance des catastrophes ».

    Les valeureux dirigeants bien aimés de la soi-disant RPC (par allusion à « die sogenannte DDR »…) ne nous prendraient-ils pas pour des cons ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *