Les lancements de la semaine du 14 au 20 décembre : Soyouz 2 fois, PSLV et Long March

Le rythme des lancements ne faiblit pas en cette fin d’année avec 4 lancements :

Vol habité Soyouz pour l’ISS

Le 15 décembre, une Soyouz a décollé du Cosmodrome de Baïkonour avec 3 astro/cosmonautes à bord.

Retrouvez le détail dans cet article dédié : Un nouvel européen est arrivé à l’ISS : Tim Peake.

Quelques jours après, les pilotes Michael Schwarz et Frank Barma de la compagnie allemande Lufthansa ont publié 2 superbes photos de ce décollage vu de leur cockpit d’avion; Le vol LH 713 se trouvait en vol de croisière à 8000 m d’altitude au-dessus de la Russie, approximativement à 100 km à l’st de Novosibirsk, à environ 2000 km de Baïkonour « à vol d’avion ».

6 satellites pour la PSLV indienne

L’agence spatiale indienne, l’ISRO, via sa branche commerciale Antrix, poursuit la commercialisation de son lanceur léger PSLV.

Le 16 décembre, PSLV a décollé peu après le coucher du soleil du Satish Dhawan Space Center (Sriharikota) à 18h00 heure locale (12h30 UTC).

La charge utile de 625 kg a été mise sur orbite basse d’environ 500 km d’altitude, dont la répartition est la suivante :

TeLEOS, VELOX-CI, VELOX-II, Athenoxat-1, Kent Ridge-1, et Galassia, lancés par PSLV-C29 le 15/12/15 (source ISRO)

TeLEOS, VELOX-CI, VELOX-II, Athenoxat-1, Kent Ridge-1, et Galassia, lancés par PSLV-C29 le 15/12/15 (source ISRO)

  •  TeLEOS, d’environ 400 kg,  d’une durée de vie de cinq ans, avec une orbite particulière à  l’équateur avec une inclinaison de 10 à 15°, ce qui donnera des revisites des cibles d’observation toutes les 12 à 16 heures.
  • VELOX-CI, un micro-satellite de 123 kg, pour la surveillance de l’environnement tropical en utilisant des techniques d’occultation radio.
  • VELOX-II, un cubesat 6U de 13 kg, démonstrateur de technologie
  • Athenoxat-1, un cubesat 3U démonstrateur de technologie
  • Kent Ridge-1, un micro-satellite de 78 kg, équipé d’une caméra de résolution hyperspectrale moyenne, d’une caméra hyperspectrale infrarouge à ondes courtes, et d’une caméra vidéo haute résolution en temps réel.
  • Galassia, Cubesat 2U de 3,4 kg, pour mesurer le nombre total d’électrons dans l’ionosphère au-dessus de Singapour, et pour acquérir des données de corrélation quantique dans l’espace.

Pour plus de détail, la brochure du lancement de l’ISRO

Une sonde chinoise pour la recherche de la matière noire

Le satellite Dampe, pour DArk Matter Particules Explorer, a été lancé ce jeudi 17 décembre à 0h12 UTC par une fusée Long March 2D, et a été mis sur orbite héliosynchrone à une altitude de 500 km.

Lancement de Dampe par une Long March 2D le 17/12/15 (credit Xinhua / China News Agency)

Lancement de Dampe par une Long March 2D le 17/12/15 (credit Xinhua / China News Agency)

Vue d'artiste du satellite chinois DAMPE pour l'étude de la matière noire (Crédit: Université de Genève)

Vue d’artiste du satellite chinois DAMPE pour l’étude de la matière noire (Crédit: Université de Genève)

Ce satellite est le premier observatoire d’astrophysique chinois. Surnommé «Wukong» d’après le Roi des Singes qui a des yeux pénétrants dans la fiction classique chinoise, est équipé de détecteurs sensibles aux rayons gamma, aux électrons et rayons cosmiques de haute énergie, pour collecter les particules accélérant à travers le cosmos et mesurer leur énergie, la direction et la charge électrique. Son objectif principal est d’identifier d’éventuelles signatures de la matière noire.

 2 nouveaux satellites Galileo en orbite

Galileo, la constellation satellitaire européenne dédiée à la navigation a vu le lancement de ses 11e et 12e satellites par le 13e lancement Soyouz depuis le Centre Spatial Guyanais le 17 décembre à 11h51 UTC.

Intégration des satellites Galileo sur le lanceur Soyouz VS13 le 09/12/2015 (credit ESA / Arianespace / CNES / CSG)

Intégration des satellites Galileo sur le lanceur Soyouz VS13 le 09/12/2015 (credit ESA / Arianespace / CNES / CSG)

Les 2 satellites d’environ 700 kg chacun, vont mettre en oeuvre leur système de propulsion pour s’élever à 300 kilomètres au-dessous de l’altitude où le lanceur Soyouz les a laissés lors de ce lancement, soit à 23 522 km.

La constellation contient donc 12 satellites mais 3 d’entre eux ne sont pas complètement opérationnels  : 2 satellites placés sur une mauvaise orbite par le lanceur et 1 satellite avec une anomalie sur son antenne de navigation en bande L [lire Galileo : l’un des 2 satellites sauvé et les IOV hors service].

Il est prévu de lancer 4 autres satellites sur une Ariane 5 en Octobre 2016, 2 satellites Galileo sur une autre fusée Soyouz à la fin de 2016 ou au début de 2017, suivis de 2 autres vols Ariane 5 en 2017 et 2018 pour compléter le premier lot de 26 satellites.

Plus de détails sur Galileo dans un précédent article : Nouvelle étape pour le « GPS » européen Galileo #VS09

La vidéo complète du lancement : 

Une vidéo résumé du lancement : 

 et le retour en vol de Falcon 9…

Au moment de l’écriture de cet article, le retour en vol de la Falcon 9 de SpaceX après l’échec du 28 juin 2015 aurait dû avoir lieu le 19 décembre (2h25 heure de Paris). Puis finalement, le lancement a été reporté le 20 décembre à 20h29 heure locale. Et comme je travaille, le 21 décembre, pas facile de mettre à jour à temps l’article. De plus, compte tenu que l’objectif de SpaceX, en plus du retour en vol de son lanceur, dans une version améliorée, est de faire ré-atterrir le premier étage sur la terre ferme sur la base de Cap Canaveral en Floride (et non plus sur une barge sur l’océan), un article dédié sera écrit ultérieurement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *