Les événements spatiaux à ne pas manquer en 2015

L’année 2015 sera l’année des planètes naines ! Mais pas seulement…

Le 6 Mars, la mission DAWN de la NASA entrera en orbite autour de la planète naine Cérès qui se trouve dans la ceinture d’astéroïdes, entre Mars et Jupiter. C’est la première fois qu’une sonde explorera cette planète naine. [article à venir]

Vue d'artiste de la sonde Dawn arrivant sur la planète Cérèes (Image credit: NASA/JPL-Caltech)

Vue d’artiste de la sonde Dawn arrivant sur la planète Cérès (Image credit : NASA/JPL-Caltech)

Puis, en Juillet, après son réveil en décembre, la sonde NEW HORIZONS de la NASA fera son survol très attendu de Pluton et voyagera à travers la ceinture de Kuiper.

New Horizons arrivera à destination en 2015 : Pluton (crédit NASA)

New Horizons arrivera à destination en 2015 : Pluton (crédit NASA)

Par contre, la mission MESSENGER, en orbite autour de Mercure depuis 2011, verra sa mission s’achever faute de carburant (hydrazine) entre mars et avril 2015. Actuellement, l’équipe de propulsion étudie la possibilité d’étendre la mission de quelques semaines grâce à l’hélium présent dans ses réservoirs afin de maintenir l’orbite de la sonde. Sans gaz propulseur, MESSENGER finira par s’écraser sur Mercure.

Image d'artiste montrant la sonde spatiale MESSENGER en orbite autour de Mercure. (Crédit: NASA)

Image d’artiste montrant la sonde spatiale MESSENGER en orbite autour de Mercure. (Crédit: NASA)

La sonde européenne VENUS Express est actuellement en train de vivre également les dernières semaines de sa mission. A court de carburant, la sonde est en train de voir son orbite décroître. « Elle sera détruite dans l’atmosphère le plus probablement vers la fin de Janvier ou début Février » a déclaré Patrick Martin, le directeur de la mission Venus Express de l’ESA. [Article à venir sur la mission Venus Express]

Image d'artiste montrant la sonde spatiale VENUS EXPRESS en orbite autour de Vénus. (Crédit: ESA)

Image d’artiste montrant la sonde spatiale VENUS EXPRESS en orbite autour de Vénus. (Crédit : ESA)

Mais Vénus devrait être au centre des attentions de l’agence spatiale japonaise fin 2015, avec la deuxième tentative d’insertion en orbite vénusienne de la sonde Venus Climate Orbiter ou « Akatsuki » lancée en 2010 par la JAXA. En raison de problèmes de moteur, la sonde n’a pas réussi à se mettre en orbite autour de la planète fin 2010. Depuis, elle est restée sur une orbite héliocentrique, à quelques 134 millions de kilomètres de Vénus, réalisant des études scientifiques sur le vent solaire. Cependant, la JAXA va faire une nouvelle tentative pour insérer la sonde dans l’orbite de Vénus avant que son carburant ne s’épuise, afin d’en apprendre davantage sur la météo et les conditions de surface de la planète.

Vue d'artiste de la sonde Venus Climate Orbiter ou  “Akatsuki” par Akihiro Ikeshita.(Image Credit: JAXA)

Vue d’artiste de la sonde Venus Climate Orbiter ou “Akatsuki” par Akihiro Ikeshita.(Image Credit : JAXA)

Et évidemment, il faudra continuer à suivre la mission ROSETTA avec l’approche du soleil et donc les changements à la surface de la comète, mais aussi, on l’espère, le réveil de PHILAE.

Cette mosaïque de quatre images comprend des images prises à une distance de 28,4 km du centre de la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko le 3 Janvier. La résolution de l'image est de 2,4 m / pixel (© ESA / Rosetta / NAVCAM - CC BY-SA 3.0 IGO)

Cette mosaïque de quatre images comprend des images prises à une distance de 28,4 km du centre de la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko le 3 Janvier. La résolution de l’image est de 2,4 m / pixel (© ESA / Rosetta / NAVCAM – CC BY-SA 3.0 IGO)

Côté ISS, l’année débutera avec l’accostage du cargo Dragon SpX5 ce 12 janvier, puis avec le désamarrage de l’ATV Georges Lemaître de la Station en février et sa rentrée atmosphérique. L’ATV-5, le dernier des cinq ATV, marquera ainsi la fin d’un programme particulièrement réussi. Il y aura en principe l’accostage du cinquième cargo japonais HTV et on l’espère, le retour des cargos Cygnus après la destruction du Cygnus Orb3 lors de l’échec d’Antares en octobre dernier. [Plein d’articles à venir…]

Vue d'artiste de l rentrée atmosphérique de l'ATV-5 (Crédits: ESA-D. Ducros)

Vue d’artiste de la rentrée atmosphérique de l’ATV-5 (Crédits: ESA-D. Ducros)

La Station Spatiale accueillera à son bord 2 nouveaux astronautes européens. Samantha Cristoforetti, première femme astronaute italienne, qui est déjà à l’œuvre sur le laboratoire orbital, retournera sur Terre en mai. L’astronaute danois de l’ESA, Andreas Mogensen, s’envolera à destination de la Station en septembre pour une mission de 10 jours. Son collègue britannique, Tim Peake, quittera quant à lui la Terre en novembre pour un vol de longue durée de six mois.

En haut (de g. à d.) : Timothy Peake, Andreas Mogensen, Alexander Gerst et Luca Parmitano. En bas (de g. à d.) : Samantha Cristoforetti et Thomas Pesquet.

En haut (de g. à d.) : Timothy Peake, Andreas Mogensen, Alexander Gerst et Luca Parmitano. En bas (de g. à d.) : Samantha Cristoforetti et Thomas Pesquet.

L’ISS verra également sa première mission longue durée : le cosmonaute Mikhail Korniyenko et l’astronaute Scott Kelly vont partir en mars 2015 avec l’Expédition 43 pour 1 an à bord de la station.

L'astronaute Scott Kelly (à gauche), et le cosmonaute Mikhail Korniyenko pour une mission d'un an à bord de l'ISS. (Credit: NASA/Roscomos)

L’astronaute Scott Kelly (à gauche) et le cosmonaute Mikhail Korniyenko pour une mission d’un an à bord de l’ISS. (Credit: NASA/Roscomos)

La Station devrait voir arriver en 2015 une structure gonflable BEAM, Bigelow Extensible Activité Module, le premier habitat spatial privé qui sera transporté en orbite par un cargo Dragon de SpaceX. [un autre article à suivre en 2015…]

Vue d'artiste du Bigelow Extensible Activity Module (BEAM), actuellement prévu pour être ajouté à la Station Spatiale Internationale en 2015. (Crédit: Bigelow Aerospace)

Vue d’artiste du Bigelow Extensible Activity Module (BEAM), actuellement prévu pour être ajouté à la Station Spatiale Internationale en 2015. (Crédit: Bigelow Aerospace)

En terme de lancements, la Russie conservera sans aucun doute la suprématie du nombre, acquise depuis plusieurs années. La Russie envisagerait de procéder à une trentaine de lancements de fusées à partir de différentes bases de lancement en 2015 selon l’agence TASS : 12 lancements Proton-M, 4 lancements Soyouz-FG, 3 lancements Soyouz-2.1a, 2 lancements Dnepr, 2 Soyouz-U, 2 Soyouz-2.1b et 2 Rockot, seraient au planning. Un lancement est prévu pour le Soyouz-2.1v et la fusée Zenit. Les lancements seront effectués à partir de trois bases de lancement: le cosmodrome de Baïkonour (23 lancements) au Kazakhstan, des cosmodromes russes Plesetsk (4 lancements) et Dombarovski (2). Un total de 49 véhicules spatiaux devraient être mis en orbite par ces fusées, selon la même source.

Le lancement du véhicule expérimental intermédiaire IXV, prévu le 11 février 2015 à ce jour, sera un temps fort côté européen. Cette mission suborbitale permettra de tester des technologies et des systèmes critiques pour de futures missions de l’Europe avec une rentrée contrôlée autonome depuis une orbite basse.

Vue d'artiste de la mission IXV : Le Intermediate eXperimental Vehicle (IXV) sera lancé par l'ESA en 2015 sur Vega, pour un vol suborbital, depuis la Guyane française. IXV reviendra sur Terre afin de tester les technologies de rentrée atmosphérique au cours de ses phases de vol hypersonique et supersonique. (ESA–J. Huart, 2014)

Vue d’artiste de la mission IXV : Le Intermediate eXperimental Vehicle (IXV) sera lancé par l’ESA en 2015 sur Vega, pour un vol suborbital, depuis la Guyane française. IXV reviendra sur Terre afin de tester les technologies de rentrée atmosphérique au cours de ses phases de vol hypersonique et supersonique. (ESA–J. Huart, 2014)

De même, le lancement en fin d’année de la mission de l’ESA, LISA Pathfinder, qui vise à améliorer notre connaissance de l’Univers en faisant la démonstration de la technologie de détection des ondes gravitationnelles, ouvrira la voie à la mission eLISA pour mesurer les ondes gravitationnelles de trous noirs et d’autres sources astronomiques.

Vue d'artiste de la mission LISA Pathfinder et son module de propulsion après la séparation. (crédit ESA)

Vue d’artiste de la mission LISA Pathfinder et son module de propulsion après la séparation. (crédit ESA)

L’Europe espère également que le lancement des satellites Galileo se poursuivra sans encombres en 2015 avec au moins 6 satellites.

La constellation Galileo (credit ESA)

La constellation Galileo (credit ESA)

SpaceX fera probablement un vol de démonstration de sa Falcon Heavy, un lanceur qui pourrait mettre sur orbite géostationnaire 21200 kg, ce qui en ferait l’un des plus puissants au monde.

Et bien d’autres surprises que le spatial peut nous donner !

Et donc plein d’articles à venir sur ce blog 🙂

Pour compléter :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *