La face cachée de la Lune et la Terre depuis un satellite chinois

La Chine nous gâte avec la Lune en ce début d’année. Après l’atterrissage de Chang’e-4 sur la face cachée de la Lune, c’est l’image prise de ce côté invisible depuis la Terre par un satellite chinois qui fait le « buzz » spatial ces derniers jours :

Image téléchargée par le radiotélescope Dwingeloo le 4 février 2019 de la face cachée de la Lune dans sa totalité et de la Terre prise par le satellite Longjiang-2 (credit MingChuan Wei, Institut de technologie de Harbin)

La photo a été prise par le microsatellite Longjiang-2 (龙江 二号, rivière dragon) ou DSLWP-B (Discovering the Sky at Longest Wavelengths Pathfinder), de 45 kg, construit et exploité par l’Institut de technologie de Harbin.  Longjiang-2 était le co-passager de Queqiao, le satellite relais de la mission Chang’e-4 et avait décollé en mai 2018. L’autre co-passager, Longjiang-1, n’avait pas réussi à se mettre sur orbite lunaire elliptique.

Vue latérale du satellite DSLWP-B, mettant en évidence certaines parties de sa charge utile. La hauteur du satellite est d’environ 50 cm (credit MingChuan Wei)

Longjiang-2 effectue de la radioastronomie à basse fréquence et de l’interférométrie spatiale, ainsi que des activités radioamateurs. Il se trouve actuellement sur une orbite elliptique de 357 km sur 13704 km autour de la Lune.

C’est grâce à la présence d’un émetteur/récepteur radio amateur VHF/UHF sur le micro-satellite que l’on peut contempler cette photo prise par une caméra embarquée construite par des étudiants de l’Institut de technologie de Harbin.

La caméra embarquée sur Longjiang-2 (DSWP-B) via @duke_SORA

Une première photo de Longjiang-2 avait été dévoilée en juin 2018.

La photo de ce 4 février est la première photo d’un timelapse prise par Longjiang-2 le 3 février à 15h20 UTC après une période d’inactivité radio afin de ne pas interférer avec l’atterrissage de Chang’e 4. DSLWP-B était redevenu actif le 13 janvier 2019.

Un premier timelapse avait été publié en octobre 2018, mais était passé inaperçu à l’époque :

 

La photo de ce 3 février a été téléchargée par le Dwingeloo Radio Telescope aux Pays-Bas, où une antenne parabolique de 25 m reçoit les signaux UHF de Longjiang-2. Ce radiotélescope a été construit en 1956 et était le plus grand radiotélescope du moment. Le télescope a une longue histoire de découvertes, en particulier des galaxies Dwingeloo 1 et 2. Scientifiquement obsolète dans les années 1990, il a été repris par la fondation CAMRAS en 2007. Le télescope a été déclaré monument national et a été entièrement restauré en 2012.

Le radiotélescope Dwingeloo (credit CAMRAS)

Les signaux émis par les Longjiang s’effectuent dans deux modes à faible débit de données et résistant aux erreurs, l’un utilisant la modulation numérique (GMSK) à 250 bits par seconde, tandis que l’autre mode (JT4G) bascule entre quatre fréquences étroitement espacées pour envoyer 4 375 symboles par seconde. Ce dernier mode, mis au point par l’astrophysicien Joe Taylor, lauréat d’un prix Nobel, est conçu pour que les radioamateurs puissent relayer des messages avec une intensité de signal très faible, en utilisant le principe de propagation des ondes radios par réflexion sur la Lune, ou EME, Earth-Moon-Earth.

En général, l’émetteur-récepteur du micro-satellite est mis sous tension pour des sessions de 2 heures à la fois, durant lesquelles la télémétrie GMSK est transmise en rafales de 16 secondes toutes les 5 minutes. Après quelques sessions de test début juin, le mode JT4G a été activé, avec des transmissions de 50 secondes toutes les 10 minutes.

Un logiciel open source spécialisé permet aux radioamateurs de décoder la télémétrie ainsi que les données images. En raison du faible débit de données, le téléchargement d’une image de 640 x 480 pixels est lent et prend environ 20 minutes.

La photo du 3 février a été corrigée. Comme la caméra du satellite ne possède pas de filtre infrarouge, les couleurs sont très rouges dans la version originale de l’image :

Image non traitée décodée (site http://lilacsat.hit.edu.cn)

 

Source principale de l’article : planetary.org

Publicités

1 commentaire sur “La face cachée de la Lune et la Terre depuis un satellite chinois”

  1. NB : le radiotélescope se situe à Westerveld (dans la province de Drenthe).

    NB : cette image de la Terre et de la Lune est à rapprocher à celle prise par William A. Anders lors de la mission Apollo-8 en décembre 1968, dite « Earthrise picture at Christmas Eve ».

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.