Hommage : Edgar Dean Mitchell, le sixième marcheur lunaire

C’est avec tristesse que je viens d’apprendre le décès de Edgar Dean Mitchell, l’astronaute d’Apollo 14 qui a marché sur la Lune il y a exactement 45 ans. Il est décédé à l’age de 85 ans le 4 février, la veille de l’anniversaire de l’alunissage de sa mission le 5 février 1971.

Portrait officiel d'Edgar Mitchell devant le logo de la mission Apollo 14 (credit NASA)

Portrait officiel d’Edgar Mitchell devant le logo de la mission Apollo 14 (credit NASA)

Edgar Mitchell n’est pas le plus connu des astronautes américains du programme Apollo. En effet, il n’est « que » le sixième à avoir foulé le sol de notre satellite. De plus, à l’époque, après Apollo 11 et le dramatique Apollo 13, les médias de l’époque ne s’intéressent plus guère aux missions Apollo. Et n’aurait-il pas été éclipsé par l’un des autres astronautes ?

Edgar Mitchell (au fond) et Alan Shepard (devant) avant leur mission Apollo 14(credit NASA)

Edgar Mitchell (au fond) et Alan Shepard (devant) avant leur mission Apollo 14(credit NASA)

Apollo 14

L’équipage d’Apollo 14 est constitué de Edgar Mitchell, Alan Shepard et Stuart Roosa. Alan Shepard est le premier américain dans l’espace.

Ed Mitchell (gauche), Al Shepard, et Stu Roosa posant devant leur Saturn V durant le roulage au pas de tir le 9 Novembre 1970 (credit NASA)

Ed Mitchell (gauche), Al Shepard, et Stu Roosa posant devant leur Saturn V durant le roulage au pas de tir le 9 Novembre 1970 (credit NASA)

Ils décollent le 31 janvier 1971 à bord d’une fusée Saturn 5. Le 5 février, le Module Lunaire (ou LEM) « Antares », piloté par Ed Mitchell atterrit sur Fra Mauro, une zone à fort intérêt géologique, au départ la destination d’Apollo 13.

Apollo 14 : le module lunaire, ou LEM, Antares, sur la Lune. (credit NASA)

Apollo 14 : le module lunaire Antares, sur la Lune. (credit NASA)

Ed Mitchell et Alan Shepard auront fait 2 sorties à l’extérieur du module lunaire pendant plus de neuf heures à ramasser des roches, prendre des mesures et pour Shepard, à frapper quelques balles de golf ! Ils ont au final passé 33 heures sur la Lune.

Ils auront effectué la plus longue distance parcourue à pied sur la surface lunaire. Ils ont également été les premiers à transmettre en couleur à la télévision la surface lunaire. Ils ont ramené 43 kilos d’échantillons de roches et de sol lunaires qui ont été distribués dans 187 équipes scientifiques aux États-Unis et 14 autres pays pour l’analyse.

Apollo 14 : Ed Mitchell avec un sac de collecte d'échantillon de roches lunaires lors d'un débriefing post-mission avec des géologues le 18 février 1971. A droite, Stu Roosa. (credit NASA)

Apollo 14 : Ed Mitchell avec un sac de collecte d’échantillon de roches lunaires lors d’un débriefing post-mission avec des géologues le 18 février 1971. A droite, Stu Roosa. (credit NASA)

Ce sera le seul vol d’Edgar Mitchell. Il en garda un grand souvenir : « Regarder la Terre depuis l’espace et voir qu’elle est une planète isolée … cela a été une expérience d’extase, se rendre compte que chaque molécule dans notre corps est un système de matière créée à partir d’une étoile suspendue dans l’espace », a déclaré Mitchell au Telegraph en 2014.  » L’expérience que j’ai eue s’appelle Samadhi dans l’ancien sanskrit, un sentiment de joie immense de voir la Terre à partir de ce point de vue. »

En 1972, Ed Mitchell quitte la NASA. Il écrit un livre « The Way of the Explorer » et fonde notamment l’Association of Space Explorer en autres choses.

Edgar Mitchell (credit Judy Sloan Reich / Sun Sentinel)

Edgar Mitchell (credit
Judy Sloan Reich / Sun Sentinel)

Sur les 12 hommes, seuls 7 sont encore en vie : Buzz Aldrin, Alan Bean, David Scott, John W. Young, Charles Duke, Eugene Cernan et Harrison Schmitt. Longue vie à eux ! Et bon repos éternel à Edgar Mitchell.

image

Les 12 astronautes des missions lunaires Apollo. En grisé, ceux disparus à ce jour. (Crédit Tezio Corteze)

Les hommages se succèdent :

« C’est le 45e Anniversaire de l’atterrissage d’Apollo 14 sur la Lune et hier nous avons perdu une autre pionnier lunaire Edgar Mitchell. »

[Scott Kelly, actuellement commandant de l’ISS] « Triste d’apprendre le décès d’Edgar Mitchell, par coïncidence, 45 ans après avoir marché sur la lune. Véritable pionnier. »

La vidéo hommage de la NASA : 

Toutes les photos et autres documentations sur Apollo 14 sur ce site NASA

 

5 réflexions sur “Hommage : Edgar Dean Mitchell, le sixième marcheur lunaire

  1. merci idariane c est que maintenant que je viens de lire la triste nouvelle de la mort d edgar mitchell je connais peu sur sa vie mais grace a toi j apprend sa vie et son histoire avec la conquête de l espace encore merci a bientot

  2. Ed Mitchell, né le 17 septembre 1930, fut sélectionné comme astronaute le 4 avril 1966 (NASA groupe 5).

    Il fut, le 31 janvier 1971, le 50e homme de l’espace (vols orbitaux seuls) et le 28e Américain (Alan B. Shepard et « Smooky » Roosa étant les 48e / 26e et 49e / 27e) lors du lancement d’Apollo-14.

    Alan B. Shepard fut bien le 2e homme dans l’espace et le 1er Américain mais son 1er vol (MR-3) ne fut qu’un vol suborbital… il dut donc attendre près de 10 ans avant de devenir un véritable astronaute vu qu’officiellement on ne prend en compte que ceux qui ont effectué des vols orbitaux.

    Shepard, Roosa et Mitchell avaient d’abord été désignés pour Apollo-13, mission pour laquelle il fut également question un moment de L. Gordon Cooper. Ils furent transférés sur Apollo-14 compte tenu de leur préparation jugée insuffisante. Comme quoi, finalement, ils ont eu de la chance !…

    En plus du programme Apollo, Ed Mitchell fut impliqué dans le programme MOL-Gemini B bien que ne faisant pas partie officiellement des astronautes désignés spécifiquement pour ce programme militaire US dont l’équivalent soviétique fut le programme Almaz-TKS. Il en est de même de plusieurs autres astronautes de la NASA, organisme officiellement civil…

    Sur les 14 astronautes désignés pour ce programme militaire, abandonné par Robert S. McNamara tout comme le fut avant lui le X-20 DynaSoar (qui devait succéder au célèbre X-15), sept constituèrent le groupe 7 de la NASA en 1969.

    Ils attendirent une douzaine d’années (et même une bonne quinzaine compte tenu de leur sélection préalable en tant qu’astronautes MOL dans les années 65-66 ou 67) avant d’aller enfin dans l’espace à l’occasion des premiers vols des navettes spatiales US « Columbia » (pour Crippen, Truly, Fullerton, Hartsfield et Overmyer) et « Challenger » (pour Bobko et Peterson).

    Patience et longueur de temps…

    Rappelons au passage qu’il n’y eut aucun astronaute US dans l’espace de juillet 75 à avril 81, ceci en raison de l’annulation des missions Apollo-18, 19 et 20 (au moins…) ainsi que du programme AAP (Apollo Applications Program), réduit à la portion congrue avec le Skylab.

  3. suite

    A noter que L. Gordon Cooper, Donn F. Eisele et Edgar D. Mitchell constituaient le « back-up crew » (equipage de réserve) d’Apollo-10 (Stafford – Young – Cernan) et auraient dû (avec un chapeau…) à ce titre constituer l’équipage d’Apollo-13.

    Finalement, comme chacun sait, ce furent Lovell, Swigert et Haise.

    Swigert a remplacé Mattingly (suite à la rubéole contractée par Charlie Duke) et Haise était initialement affecté à Apollo-11, mission pour laquelle il fut remplacé par Michael Collins (de CMP, Haise devint donc LMP…).

    L’équipage de la mission historique (mais pour moi elles le sont toutes) Apollo-11 aurait pu donc être Armstrong – Haise – Aldrin (et ça aurait été le premier vol de Fred W. Haise).

    Pour Apollo-13 puis 14, Shepard – remplaçant Cooper qui avait démissionné – l’amiral Shepard, donc, qui était « un gars de la Marine » (USN) avait choisi comme coéquipiers deux autres marins (de l’aéronavale ou aéronautique navale), deux « rookies », Roosa et Mitchell.

    Bien que constitué de trois pilotes d’essai, c’était alors l’équipage le moins expérimenté de la NASA – (Shepard n’ayant fait, dix ans plus tôt, qu’un « saut de puce » 23 jours après le vol historique de Gagarine…) – ce qui explique son transfert d’Apollo-13 à 14. Bien leur en a pris !

    La composition des équipages n’a cessé de changer au fil du temps, et ce dès le début de l’ère spatiale et ce n’est pas fini ! ça change tout le temps !…

    Enfin, avec un peu d’humour, disons qu’il ne faut pas confondre Edgar D. Mitchell avec Claude Moine plus connu sous le nom d’Eddy Mitchell alias « Chmol »

    « Toujours un coin qui me rappelle… », l’une de mes chansons préférées… même si ça ne nous rajeunit pas (1966, l’année du bac).

  4. suite – correction

    Vérification faite, cette chanson date de la 1964. Comme quoi tout le monde peut se tromper.
    Souvenirs, souvenirs… Erreur impardonnable vu que j’étais « le parolier » de notre groupe au lycée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *