L’EDM-Schiaparelli d’ExoMars retrouvé !

Le satellite américain Mars Reconnaissance Orbiter (MRO) de la NASA aurait trouvé des traces de l’atterrisseur EDM-Schiaparelli.

Le 19 octobre dernier, le contact a été perdu avec l’atterrisseur européen peu de temps avant l’impact avec le sol prévu à 16h48 heure de Paris après 6 minutes de rentrée atmosphérique. A ce jour, les données analysées ayant transité par des satellites en orbite autour de Mars, Mars Express et MRO, et le nouveau venu TGO, n’ont pas permis d’en savoir plus sur la phase finale de la descente de Schiaparelli. [lire ExoMars 2016 : TGO en orbite martienne mais qu’est devenu l’EDM-Schiaparelli ?]

MRO a pris une image de Schiaparelli

La caméra basse résolution CONTEXT à bord de MRO a pris des photos du site d’atterrissage prévu sur Meridiani Planum le 20 Octobre dans le cadre d’une campagne planifiée de prises de clichés.

En haut, mosaïque d'images de la caméra Context (CTX) de Mars Reconnaissance Orbiter et d'images de 2001 de Mars Odyssey Orbiter. En bas, images de MRO prises le 29 mai 2016 (à gauche) et 20 octobre 2016 (à droite) (Credits NASA/JPL-Caltech/MSSS, Arizona State University + NASA/JPL-Caltech/MSSS)

En haut, mosaïque d’images de la caméra Context (CTX) de Mars Reconnaissance Orbiter et d’images de 2001 de Mars Odyssey Orbiter. En bas, images de MRO prises le 29 mai 2016 (à gauche) et 20 octobre 2016 (à droite) (Credits NASA/JPL-Caltech/MSSS, Arizona State University + NASA/JPL-Caltech/MSSS)

Sur l’image publiée d’une résolution de 6 mètres par pixel, on peut voir un point brillant qui pourrait être le parachute de 12 m de diamètre utilisé dans la deuxième étape de la descente de Schiaparelli, après l’entrée initiale avec le bouclier thermique. Les télémétries ont confirmé que le parachute et le bouclier arrière ont été séparés de Schiaparelli avant la phase finale. Il y a aussi une tache sombre floue d’environ 15 x 40 mètres et à environ 1 km au nord du parachute. Cela est interprété comme résultant de l’impact du module Schiaparelli suite à une chute beaucoup plus libre que prévu, après que les propulseurs se soient éteints prématurément.

La caméra haute résolution HiRISE de MRO devrait prendre des clichés dans les jours à venir. Ces images pourraient également révéler l’emplacement du bouclier thermique avant, lequel a chuté à plus haute altitude.

Un atterrissage dans l’ellipse

Les deux nouvelles observations de MRO sont situées à 353.79 degrés de longitude Est, 2,07 degrés de latitude Sud sur Mars. La position de la marque sombre montre que Schiaparelli a touché environ 5,4 km à l’ouest de son point d’atterrissage prévu, bien dans la valeur nominale de l’ellipse d’atterrissage de 100 x 15 km.

Le site d'atterrissage de l'EDM Schiaparelli (Credit ESA/German Aerospace Center/Freie Universität Berlin)

Le site d’atterrissage de l’EDM Schiaparelli (Credit ESA/German Aerospace Center/Freie Universität Berlin)

Un atterrissage probablement violent

Comme annoncé dans l’article précédent, les rétrofusées se sont éteintes plus tôt que prévu entraînant une chute de l’atterrisseur d’une altitude plus élevée qu’attendue. L’ESA estime désormais que Schiaparelli a chuté d’une hauteur comprise entre 2 et 4 kilomètres, donc un impact à une vitesse considérable, supérieure à 300 km/h. Il est également possible que le lander ait explosé à l’impact, car les réservoirs d’ergols des propulseurs étaient probablement encore pleins.

L’ESA continue d’investiguer sur les causes de cet arrêt prématuré et est confiant quant à reconstituer l’enchaînement des événements avec une grande précision.

L’orbiteur TGO va bien

L’orbiter ExoMars TGO est actuellement sur une orbite de 101 000 km x 3691 km (par rapport au centre de la planète) avec une période de 4,2 jours, et dans l’orbite initiale prévue. Le satellite fonctionne très bien et les données d’étalonnage pour la mission scientifique seront effectuées pendant 2 orbites en novembre. L’aérofreinage commencera en mars 2017 pendant presque une année pour circulariser son orbite à 400 km d’altitude. Le TGO commencera alors sa mission scientifique principale pour étudier l’atmosphère de Mars à la recherche d’indications possibles de la vie sous la surface, et pourra servir comme une station relais de télécommunication pour la mission ExoMars 2020.

Désormais, il faut ajouter Exomars 2016 à ce portrait de famille :

Les missions martiennes avec leurs dates de lancement respectives (credits NASA / Roscosmos / JAXA / ESA / ISRO / Created by Jason Davis)

Les missions martiennes avec leurs dates de lancement respectives (credits NASA / Roscosmos / JAXA / ESA / ISRO / Created by Jason Davis)

 

Source de l’article : Mars Reconnaissance Orbiter views Schiaparelli landing site

2 réflexions sur “L’EDM-Schiaparelli d’ExoMars retrouvé !

  1. Pingback: L’actualité de la semaine du 17 octobre : Exomars, Cygnus, Soyouz MS-02, Shenzhou-11 | Rêves d'Espace

  2. Pingback: Nouvelle photo de l’atterrisseur Schiaparelli d’Exomars 2016 | Rêves d'Espace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *