Dites au-revoir à Philae avec #GoodbyePhilae

Vous vous souvenez du petit atterrisseur européen Philae qui a atterri le 12 novembre 2014 sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko ?

Très certainement car c’est l’un des exploits spatiaux les plus importants de ces dernières années.

Les images prises par la caméra ROLIS de Philae nous permettent de suivre la descente de l'atterrisseur surle premier site d'atterrissage, Agilkia, sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, le 12 Novembre 2014. La première image a été prise à un peu plus de 3 km de la comète, et indique la position d'Agilkia et la zone couverte par l'image suivante dans la séquence, a été prise à seulement 67 m. Les six images qui suivent ont été prises à environ 10 secondes d'intervalle avant l'atterrissage, et l'image finale de la séquence a été acquise à 9 m au-dessus du site d'atterrissage (l'heure où les images ont été acquises, ainsi que la distance et  la résolution sont marquées sur chaque image). La dernière diapositive est annotée avec la position estimée du touché et de l'orientation de Philae, qui a été calculée à ± 20 cm. (Credit ESA/Rosetta/Philae/ROLIS/DLR)

Les images prises par la caméra ROLIS de Philae nous permettent de suivre la descente de l’atterrisseur surle premier site d’atterrissage, Agilkia, sur la comète 67P/Churyumov-Gerasimenko, le 12 Novembre 2014.
La première image a été prise à un peu plus de 3 km de la comète, et indique la position d’Agilkia et la zone couverte par l’image suivante dans la séquence, a été prise à seulement 67 m. Les six images qui suivent ont été prises à environ 10 secondes d’intervalle avant l’atterrissage, et l’image finale de la séquence a été acquise à 9 m au-dessus du site d’atterrissage (l’heure où les images ont été acquises, ainsi que la distance et la résolution sont marquées sur chaque image).
La dernière diapositive est annotée avec la position estimée du touché et de l’orientation de Philae, qui a été calculée à ± 20 cm. (Credit ESA/Rosetta/Philae/ROLIS/DLR)

Même si Philae n’a finalement pas atterri tout à fait comme attendu, les données recueillies durant ses 2 jours d’activités vont être traitées pendant plusieurs années par les scientifiques. Malgré une reprise des communications avec Philae pendant quelques minutes à l’été 2015, les ingénieurs de l’ESA ou du CNES n’auront jamais réussi à rentrer en contact durablement avec le lander. 

Mais dorénavant, c’est la fin de la mission de Philae.

Communication terminée avec Philae

Le module de communication entre Philae avec Rosetta, l’ESS (Electrical Support System) a été définitivement éteint mercredi 27 juillet 2016 à 11h CEST (heure de Paris) à bord de la sonde. Tout chance de communiquer avec Philae est désormais terminée.

Début 2016, l’Agence Spatiale Européenne avait considéré que Philae était rentré dans un état d’hibernation éternelle. En effet, bien que l’orbite de Rosetta ait atteint des altitudes bien au-dessous de 10 km de la surface de la comète 67P, aucun signal de l’atterrisseur n’a été reçu. L’orbiteur s’est même approché à 7 km de la surface de la comète. A cette distance, 1 pixel sur l’image représente une quinzaine de cm dans la réalité.

Photo de la surface de la comète 67P prise par Rosetta  à environ 7 km du centre du noyau de la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko.  L'échelle moyenne est de 0,55 m / pixel et l'image mesure environ 570 m de diamètre. (Crédit ESA/Rosetta/NavCam – CC BY-SA IGO 3.0)

Photo de la surface de la comète 67P prise par Rosetta à environ 7 km du centre du noyau de la comète 67P / Churyumov-Gerasimenko.
L’échelle moyenne est de 0,55 m / pixel et l’image mesure environ 570 m de diamètre. (Crédit ESA/Rosetta/NavCam – CC BY-SA IGO 3.0)

Préparer la fin de mission de Rosetta

L’énergie, qui diminue régulièrement à bord de Rosetta au fur et à mesure que Chury s’éloigne du Soleil, sera consacrée aux dernières phases de la mission.

En effet, fin juillet 2016, la comète se trouve désormais à 3,5 UA (unités astronomiques) ou 520 millions de km du Soleil. L’énergie solaire est dorénavant faible pour éclairer les panneaux solaires de la sonde, et donc ses équipements à bord. Il y a une perte de puissance à bord d’environ 4W par jour.

Afin de poursuivre les opérations scientifiques au cours des deux prochains mois et de maximiser l’envoi des données vers la Terre, l’ESA a donc décider de mettre hors service certains équipements non essentiels à bord afin de réduire la puissance consommée.

La fin de la mission Rosetta est programmée pour le 30 septembre avec une tentative d’atterrissage de la sonde. A suivre dans un prochain article…

Dites au-revoir à Philae !

 

Le 12 novembre 2014, le tweet suivant a été retweeté plus de 36000 fois :

De nombreuses personnes à travers le monde se sont inquiétées pour le destin de Philae.

Dorénavant, sur une initiative de l’ESA et de l’agence spatiale allemande, le DLR, partagez vos messages d’au-revoir à Philae sur les réseaux sociaux avec le hashtag suivant : #GoodbyePhilae

A lire sur la page du CNES : Le lien avec Philae définitivement rompu

Tous les articles du site sur Rosetta et Philae : #Rosetta #Philae

 

2 réflexions sur “Dites au-revoir à Philae avec #GoodbyePhilae

  1. Pingback: L’actualité spatiale de la semaine du 24 juillet : Atlas 5 et GoodbyePhilae | Rêves d'Espace

  2. Pingback: Philae a été retrouvé ! | Rêves d'Espace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *