Découverte de 12 nouvelles lunes de Jupiter

On avait répertorié jusqu’à présent 67 lunes autour de Jupiter, dont les 4 plus grandes et les plus connues sont Europe, Ganymède, Io et Callisto. Désormais, il faudra en rajouter 12 de plus.

Montage représentant les 4 plus grandes lunes de Jupiter telles que vues par la sonde New Horizons lors de son survol de la planète géante fin février 2007 : (de gauche à droite) Io, Europa, Ganymede et Callisto. Les images ont été mises à l’échelle pour représenter les véritables tailles relatives des quatre satellites et sont disposées dans leur ordre à partir de Jupiter (Credit: NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute)

Désormais 79 satellites découverts autour de Jupiter

En janvier 1610, l’astronome italien Galileo Galilei découvre quatre des lunes de Jupiter, désormais appelées Io, Europa, Ganymède et Callisto, mais désignées initialement par I, II, III et IV. Le système numérique est utilisé pendant quelques siècles puis abandonné après plusieurs autres découvertes car il était devenu peu pratique à l’usage. On les appelle aussi les lunes galiléennes.

La plupart des autres satellites naturels de la planète géante ont été découverts à la fin des années 1970 et les années suivantes grâce à l’envoi de plusieurs engins spatiaux automatisés dans le Système Solaire dont les sondes Voyager puis Galileo en 1995.

Carte de la lune jovienne Io. Cette carte a été produite en combinant les meilleures images des missions Voyager 1 et Galileo. Credit NASA

Alors qu’une équipe d’astronomes du Carnegie Institution for Science étaient à la recherche de la « neuvième planète » du Système Solaire [Une neuvième planète dans notre Système Solaire ?], ils repèrent pour la première fois au printemps 2017 de nouvelles lunes orbitant Jupiter grâce au télescope Victor M. Blanco de 4 mètres de l’observatoire interaméricain du Cerro Tololo au Chili. Il faudra ensuite une année d’observations complémentaires pour confirmer ces 12 lunes.

Le 17 juillet 2018, le Minor Planet Center (MPC), l’organisation mondiale chargée de la dénomination officielle pour les satellites naturels, les planètes mineures, les astéroïdes et les comètes, faisant partie de l’Union Astronomique Internationale, publie officiellement les orbites des 12 lunes : S/2016 J1, S/2017 J1, S/2016 J2 (Valetudo), S/2017 J2, S/2017 J3, S/2017 J4, S/2017 J5, S/2017 J6, S/2017 J7, S/2017 J8, S/2017 J9, S/2018 J1.

Deux de ces nouveaux satellites ont été en fait précédemment trouvés et annoncés en 2017 : S/2016 J1 et S/2017 J1.

Deux des images de la découverte de la petite lune S/2016 J1 de Jupiter, acquise le 3 mars 2016, avec le télescope Magellan-Baade de 6,5 m au Chili (credit Carnegie Institution for Science)
Cette animation combine deux images de la découverte du nouveau satellite Jovian S/2017 J1, prises le 23 mars 2017, avec le réflecteur de 4 m sur Cerro Tololo au Chili. (credit Carnegie Institution for Science)

Toutes ces nouvelles lunes sont très petites, seulement de un à trois kilomètres de diamètre, comme la plupart des autres satellites de la planète géante. Les scientifiques pensent qu’elles se sont formées après que le gaz et la poussière des premiers stades de la formation planétaire se soient dissipés.

Neuf des nouvelles lunes font partie d’un groupe externe lointain de lunes qui orbitent dans le sens rétrograde de Jupiter (dans la direction opposée de la rotation de la planète), comme la plupart des 69 autres lunes joviennes. Ces lunes rétrogrades lointaines sont regroupées en au moins trois groupements orbitaux distincts et sont considérées comme les restes de trois corps parents autrefois plus grands qui se sont séparés lors de collisions avec des astéroïdes, des comètes ou d’autres lunes. Ces lunes rétrogrades nouvellement découvertes mettent environ deux ans pour tourner autour de Jupiter.

Deux des nouveaux satellites joviens font partie d’un groupe interne plus proche de lunes qui orbitent dans le sens prograde (dans la même direction que la rotation de la planète). Ces lunes progrades internes ont toutes des distances orbitales et des angles d’inclinaison similaires autour de Jupiter et sont donc considérées comme des fragments d’une lune plus grande qui a été brisée. Ces deux lunes nouvellement découvertes prennent un peu moins d’un an pour voyager autour de Jupiter.

Illustration montrant les lunes joviennes nouvellement découvertes (flèches et points en gras) (credit Roberto Molar Candanosa/Carnegie Institution for Science)

Un seul de ces nouveaux satellites a été nommé : Valetudo

L’un de ces 12 derniers satellites découverts, S/2016 J2, a été appelé Valetudo, du nom de l’arrière-petite-fille du dieu romain Jupiter, la déesse de la santé et de l’hygiène.
L’équipe scientifique pense que cette petite lune prograde et « excentrique » (oddball en anglais) pourrait être le dernier reste d’une lune en orbite prograde qui a formé certains des groupes de lunes rétrogrades lors de collisions frontales.

Cette orbite atypique pourrait aider à mieux comprendre les premières années de notre système solaire. Des simulations sont en cours afin de déterminer quand Valetudo risque d’entrer en collision avec les satellites rétrogrades.

A ce jour, voici le nombre de lunes connues dans le Système Solaire :

  • Mercure = 0
  • Vénus = 0
  • Terre = 1
  • Mars = 2
  • Jupiter = 79
  • Saturne = 62
  • Uranus = 27
  • Neptune = 14
  • Pluton = 5

Mais d’après les astronomes, les télescopes terrestres devenant de plus en plus puissants, ils pensent que d’autres lunes restent à découvrir.

Source principale de l’article : A DOZEN NEW MOONS OF JUPITER DISCOVERED, INCLUDING ONE “ODDBALL »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.