L’actualité spatiale du 26 novembre au 2 décembre : Insight, Rockot et PSLV

Sauf si vous étiez sur une autre planète, vous connaissez déjà l’actualité principale de la semaine :

Un nouvel engin sur Mars : Insight

L’atterrissage de la mission Insight s’est correctement déroulé lundi 26 novembre. L’article du blog qui en parle : Insight sur Mars !

InSight a acquis cette image à l’aide de sa caméra IDC (Instrument Deployment Camera) montée sur son bras robotique le 26 novembre 2018, au Sol 0 (jour de l’atterrissage) à l’heure locale 14:04:35. A gauche, on voit nettement l’instrument français SEIS (Crédit: NASA/JPL-Caltech)

Et à revivre sur le live de Stardust au CNES de Toulouse auquel j’ai participé :

Début des vérifications du bon fonctionnement du lander

Dès le 27 novembre, les vérifications du bon état d’Insight après son atterrissage ont démarré, à commencer par le déblocage et le déploiement du bras robotique qui sera nécessaire à l’installation sur le sol martien des instruments SEIS et HP3 :

Ces 2 images montrent le déblocage du bras robotique du lander Insight le 27/11/2018 (credit NASA/JPL-Caltech)
La caméra IDC (Instrument Deployment Camera) a pris cette photo du bras robotique déployé et regardant vers le sol martien au 4e jour sur Mars (Sol 4). (credit NASA/JPL-Caltech)

Le cache sur l’objectif de la caméra ICC (Instrument Context Camera) a été retiré le 30 novembre, dévoilant un peu plus le sol martien devant Insight :

Le cache de l’objectif de sa caméra ICC (Instrument Context Camera ) a été ouvert le 30 novembre 2018 et a capturé cette vue de Mars. Situé sous le pont de l’atterrisseur InSight, l’ICC a une vue fisheye, créant un horizon incurvé. Quelques amas de poussière sont encore visibles sur l’objectif de l’appareil photo. L’un des repose-pieds de l’engin spatial est visible dans le coin inférieur droit. La boîte où le câble de SEIS est enroulé se trouve dans le coin supérieur gauche. (credit NASA/JPL-Caltech)

De nouvelles images de Mars par un cubesat

Deux cubesats, les MarCo A et B ont survolé Mars alors qu’Insight atterrissait sur la planète. MarCo-B a renvoyé de nouvelles images au cours de la semaine.

MarCO-B a pris cette image de Mars à environ 18 200 kilomètres peu de temps avant qu’InSight n’atterrisse le 26 novembre 2018. Le pôle nord de Mars est en haut. Une zone circulaire plus claire, appelée bassin de Hellas, est visible dans l’hémisphère sud. Le réflecteur d’antenne de MarCO-B est visible à gauche. Le point bleu à droite est un rayon de soleil provenant de l’alimentation de l’antenne (non visible sur la photo). (credit NASA/JPL-Caltech)
MarCO-B a pris cette image de Mars à environ 17 500 kilomètres de la planète, juste après l’atterrissage d’InSight à sa surface le 26 novembre 2018. On y voit le pôle sud de Mars. Le réflecteur d’antenne de MarCO-B est à droite et la source de l’antenne (rectangle blanc avec des carrés) à gauche. Le Soleil en haut à droite surexpose une partie de l’image (credit NASA/JPL-Caltech)
MarCO-B a pris cette image de Mars à environ 17 500 kilomètres de Mars juste après l’atterrissage d’InSight le 26 novembre 2018. Un croissant de Mars avec son pôle sud à droite est visible sur cette image. Le réflecteur d’antenne de MarCO-B reflète une partie de la partie éclairée de Mars en bas à droite. La source de l’antenne (rectangle blanc avec des carrés) est visible à gauche. Cette image a été prise environ 50 minutes après la première image et 10 secondes après la précédente. (credit NASA/JPL-Caltech)

Trois nouveaux satellites militaires russes sur orbite

Jeudi 29 novembre à 2h28 UTC, le lanceur Rockot a décollé depuis le Cosmodrome de Plesetsk. La fusée équipée du 3e étage Briz-KM a mis officiellement sur orbite moyenne 3 satellites de télécommunications pour le ministère de la Défense de la Fédération de Russie, sous l’appellation officielle Kosmos-2530, Kosmos-2531 et Kosmos-2532.

Il s’agit du deuxième lancement en 2018 du lanceur Rockot. Le lancement précédent de Rockot était avec le satellite européen Sentinel-3b (Sentinel-3b) en avril dernier.

Les 3 satellites semblent être des satellites connus sous les 2 appellations Strela-3M ou Rodnik-S. Mais cinq objets spatiaux ont été repéré par la surveillance spatiale américaine comme étant sur orbite, et non quatre comme attendus (trois satellites et l’étage supérieur de Breeze KM). Selon Russianspaceweb, l’objet supplémentaire pourrait être un satellite manoeuvrable comme ce fut le cas lors des trois lancements Rockot précédents, destinés à faire des inspections d’autres satellites en vol…

PSLV met 31 satellites sur orbite

Jeudi 29 novembre à 4h27 UTC, une fusée PSLV, pour Polar Launch Satellite Vehicle, a décollé du Satish Dhawan Space Center (Sriharikota).

Décollage PSLV-C43 / HysIS le 29/11/2018 (credit ISRO)

La charge utile principale était le satellite HysIS, un satellite indien d’imagerie hyper spectrale qui a été placé sur une orbite héliosynchrone polaire à 636 km d’altitude. Ce satellite a été conçu par l’ISRO, l’agence spatiale indienne, pour capturer des images de la Terre dans des longueurs d’ondes visibles, dans l’infrarouge proche et dans l’infrarouge à ondes courtes, sur 316 bandes en tout. Les applications potentielles vont de la recherche météorologique et climatique à la surveillance de l’agriculture et à la gestion de l’eau.

Le 4e étage du lanceur s’est rallumé par la suite 2 fois afin de placer sur orbite héliosynchrone polaire à 504 km d’altitude pas moins de 30 satellites co-passagers :16 cubesats type Flock, pour la constellation Dove de la société Planet, 4 cubesats Lemur-2 pour la constellation Spire ainsi que d’autres cubesats américains et des cubesats australien, canadien, finlandais, colombien, hollandais, malaisien et espagnol  [détails dans le press kit]. Tous pour de l’observation de la Terre, des services de météorologie ou pour une démonstration technologique.

Le satellite HysIS et ses 30 co-passagers visibles sur 2 plateformes avant la mise sous coiffe (credit ISRO)

Le lancement de jeudi était le deuxième en 15 jours pour l’ISRO, après le lancement d’une fusée GSLV Mk.3 et du satellite de communication GSAT 29 le 14 novembreC’était également le sixième lancement indien de l’année et le quatrième vol PSLV en 2018. Un autre lancement, une GLSV Mk II, est prévu à mi-décembre.

EN BREF

Pas de lancement de Falcon 9 comme prévu initialement cette semaine

Le lancement a été reporté une première fois à cause de la météo, et ensuite ajourné le 2 décembre pour cause de vérifications complémentaires sur le second étage.

Un lancement important pour SpaceX car il lui faut démontrer que ses premiers étages de la version Block 5 peuvent revoler au-delà de 2 fois comparativement à la version précédente. Cette version a été annoncée comme pouvant revoler jusqu’à 10 fois sans maintenance lourde. De plus, cette mission baptisée SSO-A doit mettre sur orbite 64 satellites pour divers clients américains et internationaux.

La Falcon 9 pour la mission SSO-A sur le pas de tir à la base Air Force de Vandenberg en Californie (photo via Nasaspaceflight.com)

Un nouvel équipage attendu pour l’ISS

La Soyouz transportant le vaisseau Soyouz MS-11 a été roulé sur son pas de tir le 1er décembre. Le lancement prévu le 3 décembre à  11h31 UTC est le premier décollage depuis la mise sur orbite avortée du Soyouz MS-10 et ses 2 cosmonautes en octobre dernier. Si tout se passe comme prévu, l’équipage, le Russe Oleg Kononenko, l’Américaine Anne McClain et le Canadien David Saint-Jacques arriveront 6 heures après le décollage à bord de l’ISS.

Le lanceur Soyouz-FG et le vaisseau Soyouz MS-11 sur le pas de tir au Cosmodrome de Baïkonour avant le lancement prévu le 3 décembre (credit Roscosmos)

Un nouveau projet de la NASA annoncé pour la Lune

Cette semaine, la NASA a annoncé le projet Commercial Lunar Payload Services, ou CLPS, pour l’envoi par des sociétés privées d’instruments scientifiques et de charges utiles de démonstration technologique sur la Lune à bord de robots commerciaux. La NASA a ainsi sélectionné 9 entreprises privées américaines dont certaines n’ont encore rien fait de notable dans le spatial.  Les projets lunaires se succédant coté américain depuis plusieurs années, il est difficile de voir clair dans le futur de l’exploration lunaire voire de Mars.  Pour en savoir plus, lisez l’analyse d’Eric Bottlaender.

La Corée du Sud lance son premier étage de lanceur

Mercredi 28 novembre, la Corée du Sud a testé avec succès le lancement d’un premier propulseur de fusée équipé d’un moteur indigène, ouvrant la voie au développement du premier véhicule spatial entièrement conçu et construit en Corée, le KSLV-2, fusée à 3 étages, surnommée Nuri, d’ici 2021. Le décollage a eu lieu depuis le centre spatial Naro dans la province du Jeolla du Sud . La fusée d’essai a atteint une altitude maximale de 209 kilomètres, 319 secondes après le décollage, et a atterri en toute sécurité dans les eaux internationales au sud-est de l’île de Jeju. Le temps de combustion du moteur a été de 151 secondes, dépassant l’objectif fixé de 140 secondes. La Corée du Sud est donc devenue le onzième pays à disposer de la technologie des moteurs pour un lanceur spatial après les États-Unis, la Russie, le Japon, l’Inde, l’Union Européenne, la Chine, l’Ukraine, Israël, la Corée du Nord et l’Iran.

La fusée à un étage coréenne avec 75 tonnes de poussée a été lancée le 28/11/ dans le cadre des essais visant à développer son premier lanceur spatial (credit Korea Aerospace Research Institute)

La vidéo du résumé de la semaine

Elle arrive !

1 commentaire sur “L’actualité spatiale du 26 novembre au 2 décembre : Insight, Rockot et PSLV”

  1. La Corée du Sud est donc devenue le onzième pays à disposer de la technologie des moteurs pour un lanceur spatial après les États-Unis, la Russie, le Japon, l’Inde, l’Union Européenne, la Chine, l’Ukraine, Israël, la Corée du Nord et l’Iran.

    NB : selon Wikipedia, les pays ayant lancé (au moins) un satellite avec leur propre lanceur et donc désignés « puissances spatiales » sont les suivants (par ordre chronologique) :

    1 URSS ; 2 USA (et Allemagne…) ; 3 France (et Allemagne…) ; 4 Japon ; 5 Chine ; 6 Royaume-Uni ; 7 Europe (même si ce n’est pas un pays à proprement parler) ; 8 Inde ; 9 Israël ; 10 Iran ; 11 Corée du Nord ; 12 Corée du Sud ; 13 Nouvelle-Zélande.

    Il y manque l’Ukraine.

    A noter les tentatives avortées du Brésil, de l’Argentine, de l’Afrique du Sud, du Pakistan…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.