L’actualité spatiale de la semaine du 27 février : Atlas 5, KT-2 et la Lune pour SpaceX et Blue Origin ?

Une semaine pleine d’annonces du côté de la Lune et 2 lancements dont un inattendu.

Nouveau lancement militaire pour Atlas 5

Lancement Atlas 5 / NROL-79 du 01/03/2017 (credit ULA)

Logo de la mission NROL-79 (credit NRO)

Ce 1er mars, depuis la base Air Force de Vandenberg en Californie (USA),  une Atlas 5 a réalisé son 70e lancement. La mission classée secrète est NROL-79 pour l’agence NRO (National Reconnaissance Office), une agence américaine responsable de la collecte et l’analyse des renseignements provenant de diverses sources.

La diffusion du lancement a été rapidement arrêtée à la séparation de la coiffe, mais l’orbite de la fusée (vers le sud-est à 63,4°) a permis aux experts d’émettre l’hypothèse sur la nature de la charge utile : il s’agirait de 2 satellites militaires « Intruder » pour le NOSS (Naval Ocean Surveillance System), évoluant par paires pour localiser les navires et les avions étrangers en analysant le retard dans l’arrivée des signaux radio du navire à chacun des satellites.

Un nouveau lanceur chinois secret : Kaituozhe-2

Jeudi 3 mars à 23h53 UTC, la Chine a procédé au lancement d’une nouvelle fusée légère depuis le centre de lancement des satellites de JiuquanKaituozhe-2 (ou KT-2).

Selon les experts, ce lanceur serait dérivé du missile balistique Dongfeng-31 de l’armée chinoise, avec l’ajout d’un étage supérieur pour placer un satellite en orbite basse soit de 250 kg en orbite héliosynchrone ou 350kg en orbite LEO. KT-2 fait suite au programme abandonné KT-1 après deux échecs.

Le réseau de suivi par satellite de l’armée américaine a détecté deux objets après le lancement. L’un des objets, probablement la charge utile, est dans une orbite quasi-circulaire à une altitude comprise entre 381 km et 403 km avec une inclinaison de 96,9° par rapport à l’équateur. Un autre objet, considéré comme l’étage supérieur du KT-2, a été trouvé dans une orbite inférieure, positionnée pour accélérer sa rentrée dans l’atmosphère de la Terre, une tactique commune pour réduire au minimum les débris spatiaux (informations Spaceflightnow)

Le satellite Tiankun-1 aurait été mis sur orbite selon l’agence de presse chinoise Xinhua et « sera utilisé pour la télédétection, des télécommunications et des expériences dans les technologies à base de minisatellites».

 

La Chine étend à nouveau par ce nouveau lanceur ses capacités de lancements avec plusieurs nouveaux lanceurs de différentes capacités ces dernières années (Kuaizhou, Long March 5, Long March 7 et Long March 11).

La nouvelle course à la Lune ?

En l’espace de quelques jours, la Lune est redevenue sur le devant de la scène spatiale avec plusieurs annonces.

La dernière en date et la plus médiatisée est celle d’Elon Musk, le patron de SpaceX. Il a annoncé le 27 février que son vaisseau habité Dragon transporterait deux « touristes spatiaux » en voyage autour de la Lune d’ici fin 2018. Ces 2 personnes auraient déjà payé leurs billets de voyage. Si le planning est respecté, cela coïncidera avec le 50e anniversaire de la mission Apollo 8 qui avait amené l’équipage à faire pour la première fois un tour de notre satellite naturel.

Toutefois, le planning semble osé car le vaisseau Dragon V2 (version habitable du cargo Dragon desservant actuellement l’ISS) n’a pas réalisé de vol d’essai à ce jour, mais uniquement un test d’éjection [lire Dragon V2 : Le système d’éjection d’urgence a bien fonctionné ! ] et le lanceur pour cette mission n’a pas encore réalisé de vol non plus. En effet, la fusée Falcon Heavy a vu son premier lancement différé maintes fois. Il est aujourd’hui annoncé pour l’été 2017. En cas de nouveau retard ou de défaillance, le planning annoncé de fin 2018 pourra-t-il être tenu ?

Jeff Bezos, le créateur de Blue Origin aurait lui aussi des envies de voyage vers la Lune. Dans le journal Washington Post qui appartient au milliardaire, un article du 2 mars parle de propositions faites à la NASA et à l’administration Trump, pour l’envoi d’atterrisseurs lunaires « Blue Moon » au pôle sud de la Lune pour une colonisation durable du satellite. En effet, au pôle sud lunaire, il y a assez de lumière du Soleil pour les alimenter par lintermédiaire de panneaux solaires externes, et il y a la proximité d’eau gelée, qui est la clé pour la vie humaine et la création de carburant (présence d’oxygène et d’hydrogène). Mais Jeff Bezos ne parle pas d’envoi d’Hommes sur la Lune toutefois. Ces atterrisseurs pourraient être envoyés par sa fusée lourde, New Glenn, qui est en cours de développement et pourrait permettre un voyage lunaire.

Jeff Bezos, créateur de Blue Origin, présentant sa fusée New Glenn en septembre 2016

Des articles sur le sujet : Objectif Lune fin 2018Un retour vers la Lune avant les 50 ans d’Apollo 11 ? , Elon Musk’s Moon Mission Is Exciting, Audacious … and Iffy

Les Russes et les Chinois ne sont pas en reste non plus avec des projets lunaires. J’essayerai de faire un  article sur les différents projets actuels vers la Lune d’ici quelques semaines.

Une réflexion sur “L’actualité spatiale de la semaine du 27 février : Atlas 5, KT-2 et la Lune pour SpaceX et Blue Origin ?

  1. NB : Kaituozhe signifie Explorateur (Explorer en anglais).

    Que signifie Tiankun ? (Tian = Ciel)

    Ce satellite ne doit pas être confondu avec Tianxun-1, satellite technologique de 58 kg qui avait été construit par l’Université d’Aéronautique et d’Astronautique de Nankin (Nanjing University of Aeronautics and Astronautics) et lancé depuis Taiyuan par une LM-4B (ou CZ-4B) le 9 novembre 2011.

    ***

    Personnellement, je ne crois pas du tout à la nouvelle élucubration abracadabrantesque d’Elon Musk. Ceci dit, il ne faut jamais dire jamais. On verra bien !… Maintenant, s’il ne tient pas (une fois de plus) ses promesses, il sera complètement décrédibilisé.

    ***

    S’agissant de la mission historique Apollo 8 (Borman – Lovell – Anders ; doublures : Armstrong – Aldrin – Haise ; les deux premiers feront Apollo 11 et le 3e Apollo 13…), à savoir le premier survol lunaire effectué par des êtres humains, à noter qu’elle devait, à l’origine, être effectuée lors de la mission suivante, donc Apollo 9, par l’équipage constitué de McDivitt, Scott et Schweickart avec pour doublures (back-up crew) Conrad, Gordon et C.C. Williams.

    « Pete » Conrad et « Dick » Gordon feront la mission Apollo 12 avec « Al » Bean remplaçant C.C. Williams qui s’était tué dans un crash de T-38 le 5 octobre 1967 (quasiment 10 ans après Sputnik-1), d’où la 4e étoile sur l’emblème de cette mission (2e alunissage d’astronautes).

    Pour revenir à la mission Apollo 8, qui fut seulement le 2e vol piloté du programme Apollo (après Apollo 7) et le 5e vol du programme Apollo proprement dit (après Apollo 4, 5, 6 et 7, les missions Apollo 1, 2 et 3 ayant été annulées…), elle vit son objectif initial modifié afin de permettre aux Américains de battre les Soviétiques dans la course à la Lune. En effet, il était question que les Soviétiques lancent un Zond-Soyuz, dénommé L1-1 (pour Luna 1-1), vers la Lune début décembre 68 avec pour équipage Leonov – Makarov (doublures Anatoliy P. Kuklin et un inconnu). Cette mission, comme tant d’autres, fut annulée, et je ne sais toujours pas, plus de 48 ans après, qui devait être la doublure de Makarov.

    ***

    Qui est à droite de Jeff Bezos ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *