Premier vol « zéro G » : fait !

Ça y est je l’ai fait ! Grâce au concours Expedition Z avec HP, j’ai réalisé un de mes rêves liés à l’espace : faire un vol en impesanteur.

Cela peut paraître bizarre comme rêve mais j’ai rapidement pris conscience que je ne deviendrais jamais astronaute et donc comment approcher ce métier au plus près ? Le vol parabolique ou « zéro G » en est l’un des moyens. En effet, un avion qui effectue des vols en forme de paraboles permet de créer pendant quelques secondes une situation de chute libre et donc de simuler brièvement sur Terre le phénomène d’impesanteur, c’est à dire l’absence d’accélération due à la gravité terrestre, ce que ressentent les astronautes dans l’espace.

Avant le départ

Nous étions donc 6 gagnants du concours à nous rendre à Orlando en Floride pour notre vol « zéro G »,  Julien, Lucie, Maurice, Pierre, Rémi et moi, accompagnés de Caroline, la responsable de la communication de cette opération pour HP.

Notre vol a commencé dans un hôtel d’Orlando où on a commencé par revêtir la combinaison de vol et des chaussettes de couleur, orange pour nous, en fonction de la zone qui est attribuée aux différents groupes dans l’avion.

20170218_100354

Puis, nous avons des explications sur le vol lui-même et quelques mesures de sécurité. L’avion est le moyen le plus sûr au monde mais là, il va faire quelques manœuvres inhabituelles…

20170218_092309

Pendant le vol

carte d’embarquement pour notre vol zéro G du 18/02/2017

Ensuite rendez-vous à l’aéroport d’Orlando Sanford pour prendre connaissance de notre avion : un Boeing 727 modifié de l’entreprise ZeroG.

ZG415_023

Quelques photos de groupes, et c’est le départ. Comme pour tout décollage, on est confortablement assis à l’arrière de l’avion. On a même droit aux consignes de sécurité habituelles d’un vol commercial mais là ça parait bizarre car on n’est pas dans un vol « normal » !

ZG415_091

Arrivés à une altitude de croisière d’environ 24 000 pieds, nous rejoignons alors notre « zone de flottabilité », tout à l’avant de l’appareil.

L’intérieur du Boeing 727 pour les vols paraboliques de ZeroG Corp. (credits GoZeroG)

Nous sommes 9 en tout dans notre zone avec un couple d’américains et notre coach Deb. Elle va nous assister pendant tout le vol, surtout nous donner des conseils, éviter qu’on se fasse mal ou bien s’occuper de nous en cas de petits désagréments pendant le vol. Car, oui, on peut être malade durant un vol parabolique. Le corps est soumis à des changements de gravité et l’estomac par exemple n’aime pas forcément ces changements, comme lorsque vous faites des manèges à sensations, ou bien vous pouvez avoir comme le mal des transports lorsque l’oreille interne est déstabilisée.

Et c’est parti pour notre première parabole ! On est couché sur le sol de l’avion pendant la phase de montée de l’avion avec un angle d’environ 45° pour atteindre une altitude de 30 000 pieds. Pendant cette ascension, on ressent une force de 1,8 G maximum. On a du mal à lever les jambes en l’air.

ZG415_107

Cette première parabole a simulé la gravité martienne, soit 1/3 de la gravité terrestre, afin d’habituer en douceur notre corps à une perte de gravité. On peut alors commencer à faire des pompes qu’on ne ferait jamais sur Terre ! Puis, nous avons eu 2 paraboles en gravité lunaire soit 1/6 de la gravité terrestre. là on commence vraiment à se sentir plus léger et à décoller davantage.

ZG415_134

C’est en fait quand l’avion repique à 30° qu’il créé la phase de micropesanteur au sommet de la parabole pendant 20 à 30 secondes environ. Ensuite un nouveau palier est effectué pour permettre aux passagers de se stabiliser et c’est reparti ! Et cette fois-ci, c’était pour 12 paraboles à 0g. On a tout de même fait quelques pauses entre certaines paraboles.

Profil de vol du Boeing 727 pour les vols paraboliques de ZeroG Corp. (credits GoZeroG)

Ci-dessous, vous pouvez voir la trajectoire de l’avion et aussi le profil de vol.

Zone du vol zéro G du 18/02/2017 (source flightaware.com)

Profil de vol zéro G du 18/02/2017 (source flightaware.com)

Sur le graphique ci-dessus et les données du site flightaware.com, l’avion est allé à une altitude maximale de 30 000 pieds et descend entre 1000 et 2000 mètres à chaque parabole. Mais elles n’apparaissent pas clairement sur le graphique.

Alors , c’était comment ?

Depuis mon retour, c’est la question que l’on me pose. Il m’est extrêmement difficile de décrire les sensations ressenties car elles n’ont rien à voir avec ce qu’on peut avoir comme sensation sur Terre. Je dois avouer qu’étant anxieuse au début du vol, je n’ai réellement profité des sensations qu’à partir de 7-8 paraboles.

C’est déroutant : vous prenez trop d’appui et vous vous retrouvez au plafond, comme j’ai pu l’expérimenter moi-même (j’ai même décroché une plaque du plafond !) :

ZG415_195

Pas assez d’appui et vous n’arrivez pas à vous déplacer… Et n’essayer pas de nager avec les pieds ou les bras, c’est encore pire que tout !

Par contre, mes petits camarades, dont Lucie et Maurice qui n’en étaient pas à leur premier vol parabolique (ils travaillent au CADMOS sur les expériences envoyées dans l’ISS et les testent en vol parabolique), étaient beaucoup plus à l’aise :

ZG415_352

Mais mes autres camarades n’étaient pas en reste

ZG415_248

N’est-ce pas Rémi ?

ZG415_372

Le moment le plus « magique » pour ma part a été l’expérimentation de l’eau dans l’avion : en zéro G, elle se met en boule ! Les images qu’on voit des astronautes buvant de l’eau en boule me sont venues et là, je me suis dis « je fais comme eux » ! (malheureusement pas de photos)

ZG415_376

C’est une expérience extra-ordinaire ! Et en plus, je n’ai pas été malade !

Après le vol

Retour sur Terre comme dans un vol classique, attaché sur les sièges au fond de l’avion mais avec la joie d’avoir fait quelque chose de différent.

Nous avons eu droit à la remise d’un diplôme et à un déjeuner fort apprécié après ce remue-ménage..

certificat zero G

Envie de remettre ça ? OUI !!! Et ce sera finalement plus tôt qu’espéré en principe… A suivre dans un prochain article 🙂

Plus de photos sur cet album (cliquez sur l’image) :
Vol Zéro 0g - Floride - 18/02/2017

2 réflexions sur “Premier vol « zéro G » : fait !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *