L’actualité spatiale de la semaine du 26 décembre : Long March 2D et hommage à Vera Rubin

Tout le monde n’était pas en vacances cette semaine, du moins du côté de la Chine.

Un lancement Proton avait été planifié au 22 puis au 28 décembre, mais la reprise des vols de ce lanceur depuis son dernier lancement en juin, a été remis à début 2017. Le 9 juin, le lanceur avait connu une anomalie de son deuxième étage [lire Les lancements du 6 au 12 juin : Proton / Intelsat 31, Delta IV / NROL37 et Long March 3C / Beidou]

Anomalie sur le lanceur chinois Long March 2D

Fait assez rare, mais le vol de la Long March 2D du 28 décembre ne s’est pas déroulé tout à fait normalement.

Lancement de Long March 2d et des satellites Gaojong-1 et 2 et du cubesat BY70-1 le 28/12/2016 (via Chinaspaceflight)

Après un décollage réussi à 3h23 UTC depuis le centre de lancement de Taiyuan (Chine), les 2 satellites Gaojing-1 et 2 (ou Superview 1 et 2) ont été séparés du lanceur à une altitude inférieure à ce qui était prévu. Les satellites devaient être placés en orbite quasi circulaire à une altitude de 500 km avec une inclinaison de 97,6°, mais selon les données de suivi au sol d’astronomes, les satellites seraient sur une orbite elliptique de 214 km en périgée et 524 km en apogée avec une inclinaison de 97,6°. Sans manoeuvre de leur système de propulsion, en raison des forces de frottement à une telle orbite basse, les satellites devraient probablement réintégrer l’atmosphère terrestre en quelques mois. Mais d’après Jonathan McDowell, un astronome au Harvard-Smithsonian Center for Astrophysics, qui suit les orbites des satellites après chaque lancement, les satellites ont apparemment effectué depuis des allumages de leurs propulseurs, permettant d’élever leurs périgées.

Selon les vidéos du lancement, le premier étage de la CZ-2D devait se séparer 156,7 secondes après le décollage, mais la séparation effective est survenue à 163,7 secondes avec la séparation de la coiffe également sept secondes plus tard que prévu, à 220 secondes.  Il apparaît donc que le second étage du lanceur aurait été en sous-performance, nécessitant d’être allumé plus longtemps que prévu. Les médias chinois officiels ont quant à eux annoncé un succès total du lancement.

Les satellites « SuperView » sont conçus pour recueillir des images en noir et blanc avec une résolution de moins de 50 centimètres (2 mètres pour les images en couleurs), faisant d’eux les satellites d’observation de la Terre civils de la plus haute résolution lancés par la Chine. Les 2 satellites doivent permettre de constituer à terme une constellation dénommée « 16 + 4 + 4 + X » de télédétection civile, qui devrait être au final composée de seize satellites de résolution optique de 0.5m, quatre satellites optiques haut de gamme, quatre satellites radar à ouverture synthétique et des satellites supplémentaires en capacité vidéo.

Vue d’artiste de la constellation 16 + 4 + 4 + X (Beijing Espace View)

Le cubesat BY70-1 qui faisait partie également du lancement, n’ayant pas de propulsion propre, devrait brûler dans l’atmosphère d’ici 1 à 2 mois.

Il s’agissait du dernier lancement de l’année. Un récapitulatif 2016 est en préparation.

Hommage à Vera Rubin

Vera Rubin est une astronome et astrophysicienne américaine disparue le 25 décembre. Ses travaux sont à la base de la théorie sur la matière noire, élément invisible de notre univers qui expliquerait l’attraction gravitationnelle supplémentaire nécessaire pour expliquer la stabilité des amas de galaxies et les vitesses de rotation, anormalement élevées, des étoiles orbitant autour du centre des galaxies.

A lire : L’astrophysicienne de la matière noire Vera Rubin a tout d’une icône féministe badass sur Mashable et Décès de Vera Rubin, l’astronome qui a révélé la matière noire sur Numerama

 

 

La recap de Stardust avec retard :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *