355 jours dans l’ISS pour 2 astronautes américain et russe

Avec 355 jours, c’est une très longue mission qui vient de s’achever pour Pyotr Dubrov et Mark Vande Hei dans la Station Spatiale Internationale.

Expedition 66 Soyuz Landing (NHQ202203300002)
Mark Vande Hei (à gauche), Anton Shkaplerov (au centre) et Pyotr Dubrov photographiés à l’intérieur du vaisseau Soyouz MS-19 après avoir atterri dans la steppe kazakhe le 30 mars 2022. Vande Hei et Dubrov reviennent sur Terre après avoir passé 355 jours dans l’espace en tant que membres des expéditions 64 à 66 à bord de la Station Spatiale Internationale (Crédit : NASA)

Un record américain battu et des jours cumulés

Mark Vande Hei devient l’astronaute américain avec le plus grand nombre de jours dans l’espace en une seule mission. Il dépasse Scott Kelly avec sa mission « Year in space » de 2016 avec 340 jours dont la NASA avait grandement parlé à l’époque.

Les records des astronautes de la NASA en un seul vol (crédit NASA)

A quelques jours près, Mark et Pyotr ne rejoignent pas le clan très fermé des astronautes ayant dépassé la barre d’un an dans l’espace en une seule fois : 4 Russes/Soviétiques dans les années 1980 et 1990 à bord de la station Mir. Le recordman en une seule mission est Valery Polyakov avec 437 jours entre janvier 1994 et mars 1995.

C’était la seconde mission de Mark dans l’ISS. Avec 523 jours dans l’espace, il est encore loin du record détenu par Gennadiy Padalka et ses 878 jours en 5 vols, et il s’est rapproché du record de l’Américaine Peggy Whitson et ses 665 jours cumulés. Cette dernière devrait refaire un court séjour spatial avec la mission privée Ax-2 d’Axiom Space et donc augmenter son avance [on en reparlera sans doute].

Les records de jours dans l’espace pour les astronautes de la NASA à ce jour en nombres de jours cumulés (crédit NASA)

Pyotr Dubrov a réalisé ici son premier vol spatial. Il rentre ainsi dans le cercle des 50 astronautes ayant passé le plus de temps dans l’espace à ce jour (missions cumulées ou non). En comparaison, Thomas Pesquet a cumulé 396 jours dans l’espace avec 2 vols et est 30e dans ce palmarès et le premier Européen, non Américain ou non Russe.

Le cosmonaute et l’astronaute étaient arrivés avec le Soyouz MS-17 le 9 avril 2021 à bord du Soyouz MS-18. En raison des rotations des équipages, Mark et Pyotr sont restés longtemps, notamment à cause du vol court d’une partie de l’équipage du Soyouz MS-19 qui avait vu 2 astronautes non professionnels monter à bord de l’ISS.

Soyuz MS-18 patch
L’équipage du Soyouz MS-18, Mark Vande Hei, Oleg Novitiskyi et Pyotr Dubrov en septembre 2021 dans l’ISS (crédit : ESA/NASA–T. Pesquet)

Le 3e membre d’équipage du Soyouz MS-19 revenu sur Terre ce 30 mars est Anton Shkaplerov. Ce Russe, né en terre ukrainienne lors de l’URSS, vient de passer 176 jours dans l’ISS. C’était sa 4e mission spatiale et il cumule ainsi 709 jours dans l’espace !

Russian Node Module arrives
Le vendredi 26 novembre, les astronautes à bord de la Station Spatiale Internationale ont accueilli le dernier module russe, Prichal. Les cosmonautes Anton Shkaplerov et Pyotr Dubrov ont supervisé son amarrage au segment russe (crédit : ESA / Matthias Maurer)

Pour la science

Les longs voyages spatiaux, que ce soit dans le passé dans la station Mir, ou depuis une vingtaine d’années dans l’ISS, permettent aux chercheurs d’observer les effets des vols spatiaux de longue durée sur le corps humain.

Avec plusieurs de ces vols, les données s’accumulent et on sait désormais que les longs vols affectent la masse musculaire, la vision, et que les astronautes présentent souvent une réduction de la densité osseuse mais aussi des modifications génétiques associées à un risque accru de cancer et une baisse du système immunitaire (pour ne citer que ces effets de la microgravité).

Heureusement la plupart des changements sont progressivement réversibles lors du retour sur Terre : la masse musculaire d’origine est retrouvée, la densité osseuse augmente, l’immunité redémarre, la vue se corrige généralement (pas toujours), … Mais les chercheurs ne savent pas si les effets de la microgravité seraient irréversibles après plus de 1 an dans l’espace ou une durée plus longue.

Les études qui sont faites sur les vols spatiaux de 6 mois ou plus permettent de préparer les voyages vers la Lune ou Mars. Au-delà de la microgravité, l’absence de protection du champ électromagnétique terrestre induira un risque accru pour les astronautes aux effets des radiations solaires.

Une réflexion sur “355 jours dans l’ISS pour 2 astronautes américain et russe

  • 1 avril 2022 à 9 h 31 min
    Permalien

    A l’heure où je vous écris (8h48 le 1er avril…), pour ce qui est de la durée de vol spatial (orbital uniquement),

    – Anton N. Shkaplerov est le 7e (sur 581) ainsi que le 7e « Russe ou autre ex-soviétique » (sur 129) ;
    – Mark T. Vande Hei le 23e ainsi que le 3e US (sur 352, après Peggy A. Whitson et Jeffrey N. Williams) ;
    – Oleg G. Artemyev le 38e ainsi que le 31e « Russe ou autre ex-soviétique » ;
    – Pyotr V. Dubrov le 50e ainsi que le 38e « Russe ou autre ex-soviétique » ;
    – Thomas H. Marshburn le 72e ainsi que le 15e US ;
    – Wang Yaping la 125e ainsi que « le » 1er Chinois (sur 13), la 1ère Chinoise (sur 2) et la 14e femme (sur 68) ;
    – Zhai Zhigang le 136e ainsi que le 2e Chinois ;
    – Ye Guangfu le 140e ainsi que le 3e Chinois ;
    – Raja J. V. Chari le 162e ainsi que le 65e US ;
    – Matthias J. Maurer le 163e ainsi que le 3e Allemand (sur 12, après Alexander Gerst et Thomas A. Reiter) ;
    – Kayla S. Barron la 164e ainsi que « le » 66e US, la 20e femme (sur 68) et la 16e US (sur 53) ;
    – Denis V. Matveyev le 416e ainsi que le 98e « Russe ou autre ex-soviétique » ;
    – Sergei V. Korsakov le 417e ainsi que le 99e « Russe ou autre ex-soviétique ».

    A noter également le « retrait du service actif » d’Aleksandr A. Misurkin le 31 mars.

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.