Tianwen-1 : atterrissage réussi sur Mars

Ce 15 mai restera dans l’histoire spatiale comme l’atterrissage réussi de la première mission chinoise sur Mars : Tianwen-1.

Illustration de l’atterrissage de Tianwen-1 / Zhurong

La Chine devient le 3e pays à réussir à atterrir en douceur sur Mars*. C’est la première fois qu’une mission envoie les 3 éléments, orbiteur, atterrisseur et rover, en même temps.

Au moment de l’écriture de cet article, aucune image n’a encore été diffusée par l’agence spatiale chinoise du sol martien prise depuis l’atterrisseur.

Le personnel technique célèbre l’atterrissage de Tianwen-1 sur Mars au centre de contrôle aérospatial de Pékin le 15 mai 2021 (crédit Xinhua / Jin Liwang)

Une communication peu transparente

L’annonce du succès s’est fait attendre alors que la communication de l’agence spatiale chinoise n’était pas des plus transparentes sur le moment de cette tentative d’atterrissage.

En effet, la mission Tianwen-1 est en orbite martienne depuis le 10 février 2021. On savait qu’elle passerait plusieurs semaines à cartographier la surface de la planète avant d’envoyer son atterrisseur et son rover à la surface courant mai.

Image panchromatique de la surface martienne par Tianwen-1 publiée le 4 mars (crédit CNSA)

Ce n’est que le 14 mai que la CNSA annonçait officiellement que la tentative de poser sur la surface martienne allait avoir lieu entre le 15 et le 19 mai (horaires de Pékin).

L’horaire estimé par plusieurs radioamateurs pour le premier essai était à 23h11 UTC le 14 mai. Il correspondait à la première conjonction entre la phase de rentrée dans l’atmosphère martienne et une orientation correcte de l’antenne de télécommunications de l’orbiteur avec les stations sols chinoises.

Illustration de Tianwen-1 (crédit @Kaynouky)

Finalement, après des heures d’attente, les médias officiels chinois annonçaient l’atterrissage réussi. Il se serait réalisé à 23h18 UTC, aux coordonnées 109.7 E, 25.1 N, soit à une quarantaine de 40 km du point visé sur Utopia Planitia.

En hachuré, la zone d’atterrissage ciblée par Tianwen-1, les points bleus montrant les sites d’atterrissage des missions précédentes (crédit Nature)

Un atterrissage comme Insight ou Opportunity

Selon l’agence de presse Xinhua, la capsule de rentrée atmosphérique comprenant l’atterrisseur et le rover s’est séparée de l’orbiteur vers 20h UTC. Après plusieurs heures, elle est entrée dans l’atmosphère de Mars à une altitude de 125 kilomètres. Elle est ensuite descendue vers la surface à une vitesse initiale de 4,8 kilomètres par seconde, le bouclier thermique dirigé vers le sol. Alors que la capsule se rapprochait du sol, un énorme parachute s’est déployé pour freiner l’ensemble, puis des rétrofusées ont été utilisées pour ralentir davantage. Une fois l’altitude de 100 m atteinte, l’atterrisseur a plané et a utilisé un système guidé par laser pour évaluer la zone à la recherche d’obstacles tels que des rochers avant d’atterrir.

Illustration de l’atterrissage de Tianwen-1 (crédit Vony)

Zhurong, le rover, roulera, mais pas tout de suite

Le rover, nommé Zhurong, d’après un ancien dieu du feu chinois, a été conçu pour durer 92 jours terrestres sur Mars.

Le rover Zhurong en salle blanche avant le lancement (ou son jumeau terrestre ?)

Pesant 240 kg, Zhurong transporte six instruments : une caméra multispectrale et 2 caméras de navigations sur le mât, plusieurs radars pénétrant le sol pour révéler les couches géologiques sous la surface (comme l’imageur RIMFAX sur le rover américain Perseverance) et éventuellement reconnaître la présence de poches de saumure ou de pergélisol dans les premiers mètres, un instrument de spectroscopie à répartition induite par laser (similaire à ChemCam) pour détecter les éléments de surface, les minéraux et les types de roches et aussi 2 charges utiles pour détecter le climat et l’environnement magnétique.

Les instruments sur Zhurong (crédit Nature)

On sait que le rover a déjà déployé ses panneaux solaires en forme d’ailes de papillon et son mât. La plateforme d’atterrissage aurait déployé la rampe de descente sur le sol martien.

Mais la CNSA a déclaré qu’il faudra encore attendre encore sept à huit jours avant que le rover ne descende sur le sol martien, le temps d’observer l’environnement proche et de faire des vérifications de ses systèmes.


*NDRLR : Si on compte la mission Mars-3 de l’URSS qui n’a fonctionné que quelques secondes à la surface de Mars et sans compter Beagle-2 qui n’a effectué aucune émission sur place mais se serait posé avec succès après recherche [lire Beagle-2, le survivant]

Publicités

2 Comments

  1. Et Schiaparelli s’est aussi posé lors de EXoMARS TGO. Mais lui aussi n’a pas fonctionné par manque de puissance électrique, un panneau solaire ne s’est pas déployé. Ne l’oubliez pas

1 Trackback / Pingback

  1. Allgemeines Live-Blog vom 9. bis 15. Mai 2021 | Skyweek Zwei Punkt Null

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.