Space Girls, Space Women : l’exposition incontournable

Sipa Presse m’avait invitée à l‘inauguration de l’exposition « Space Girls Space Women – L’Espace à travers le regard des femmes »  le lundi 29 juin suite à mon article « Les femmes et l’exploration de l’espace » dans lequel je parlais de cette manifestation. Habitant Toulouse, je ne pouvais m’y rendre. J’ai donc proposé à Mélissandre (@Melissandre_L), une twitteuse de Paris, qui aime l’espace, de s’y rendre à ma place.
Inauguration de l'exposition Space girls, space women à Paris le 29/06/15 (credit Mélissandre_L)

Inauguration de l’exposition Space girls, space women à Paris le 29/06/15 (credit Mélissandre_L)

Voici son compte-rendu :

Elles sont seulement 37% de femmes à travailler au CNES et il n’y a aujourd’hui que 21% de femmes dans les filières d’ingénierie. 
Trop loin de la parité, ce constat justifie à lui seul l’organisation de cette formidable exposition des femmes face aux métiers de l’espaces. Même si les chiffres de la présence féminine sont en augmentation constante, et même si les mentalités ont bien évoluées depuis la fin du 20ème siècle, il est encore nécessaire de communiquer sur l’idée que ces métiers ne sont pas réservés aux hommes ou à certaines franges sociales de la population, loin de là.
Le résultat de ce projet : 20 femmes, 20 carrières, une vingtaine de clichés photographiques magnifiques apposés aux grilles du Musées des Arts et Métiers de Paris, visibles gratuitement jusqu’au 1er novembre 2015. Afin de pousser le propos à son maximum, les reporters qui sont parties à la recherche de ces images et personnalités sont exclusivement féminines. Et pour compléter ce recueil d’oeuvres, tout autant de reportages vidéos sont disponibles sur l’application Space Women, pour tout savoir sur les carrières, les expériences professionnelles et personnelles ou encore les rêves de ces femmes pionnières.
L'astronaute française Claudie Haigneré à l'inauguration de l'exposition Space girl, space women à Paris le 29/06/15 (credit Mélissandre_L)

L’astronaute française Claudie Haigneré à l’inauguration de l’exposition Space girl, space women à Paris le 29/06/15 (credit Mélissandre_L)

Lundi 29 juin se tenait l’inauguration de cette exposition en présence de nombreuses de ces femmes de l’espace, mais également d’un parterre d’invité(e)s tout aussi prestigieux que passionnants. Tout d’abord Jean-Jacques Dordain, Directeur Général de l’ESA qui insiste sur le fait que « les meilleurs talents n’ont ni nationalité, ni sexe », ou Claudie Haigneré que l’on ne présente plus, qui rappelle l’importance de la communication de ces carrières, dans un pays où « 90% de ceux qui font des études d’ingénierie ont un proche ingénieur ».
Les femmes "spatiales" dont l'astronaute française Claudie Haigneré (3e à partir de la gauche) à l'inauguration de l'exposition Space girl, space women à Paris le 29/06/15 (credit Mélissandre_L)

Les femmes « spatiales » dont l’astronaute française Claudie Haigneré (3e à partir de la gauche) à l’inauguration de l’exposition Space girl, space women à Paris le 29/06/15 (credit Mélissandre_L)

Une manifestation culturelle qui tombe à pic, après le tollé généré début juin par les propos de Tim Hunt, ancien Prix Nobel de médecine qui estime que dans un laboratoire, les femmes détournent l’attention et sont trop sensibles. La meilleure réponse à une telle ineptie : les témoignages de ces femmes qui sont la preuve qu’il est possible d’évoluer dans des carrières qui sont plutôt recommandées aux hommes, dans des environnements majoritairement masculins. Elles sont épanouies, ont des postes à responsabilités comme Carla Signorini (Chef du département de génie électrique de l’ESTEC) ou la bouleversante Armelle Hubault (Ingénieure d’exploitation des engins spatiaux, responsable du pilotage de la sonde Rosetta). Elles ont réussi leur carrière ou planifient leur futur en ayant des familles ou d’autres occupations, telles que s’investir pour la communauté. C’est le cas par exemple de Fatoumata Kebe qui donne en parallèle de sa thèse sur les débris spatiaux, des cours d’astronomie dans des quartiers sensibles, et redonne de l’espoir à des jeunes qui manquent de passion et d’ambition.
Ce qui ressort de ces tranches de vie, c’est que l’on soit une fille ou un garçon, les demandes d’un cursus pour travailler dans un domaine de l’espace sont les mêmes : exigeantes mais atteignables pour peu que l’on s’en donne la peine, que l’on travaille dur et que l’on croit en soi.
Si vous avez des filles, petites soeurs, cousines, nièces etc., téléchargez-donc l’application ou mieux, emmenez-les voir cette expo de photos au Musée des arts et métiers qui prouve que même en étant des femmes, l’espace nous appartient.
Inauguration de l'exposition Space girl, space women à Paris le 29/06/15 (credit Mélissandre_L)

Inauguration de l’exposition Space girl, space women à Paris le 29/06/15 (credit Mélissandre_L)

Informations pratiques :
Accès libre et gratuit
Sur les grilles du Musée des arts et métiers, 60 rue Réaumur, Paris 3e
et
Sur les grilles du jardin de l’Observatoire de Paris, 98 boulevard Arago, Paris 14

 

 

Pour compléter, une interview de France 3 du directeur de Sipa-Press :

2 réflexions sur “Space Girls, Space Women : l’exposition incontournable

  1. Bonjour Isabelle,

    37 %, 21 %, je trouve que cela n’est déjà pas si mal… et 11 % parmi « celles et ceux » qui sont allés dans l’espace.

    Combien y avait-il, en pourcentage, de femmes infirmières, médecins, professeurs, avocats, etc. en 1800 ? en 1900 ? en 1920 ? en 1930 ? en 1945 ? … Désormais, elles sont la majorité, « la moitié du Ciel » comme disent les Chinois… Le dernier groupe de la NASA, c’est le groupe « chabadabada »… Qui l’eut cru en 1958-59 ?

    « Gerrie » Cobb, « Wally » Funk, Jean Hixson et leurs copines, de même que Valentina L. Ponomaryova ou Irina B. Solov’yeva, pour ne citer qu’elles, auraient sans aucun doute mérité de figurer parmi les premiers « hommes » de l’espace.

    « La femme est l’avenir de l’homme. » (Louis Aragon / Jean Ferrat)

    Rappelons que Jean-Jacques Dordain fut candidat astronaute en 1977.

    Quelles sont les huit « femmes spatiales » figurant sur cette photo ? J’en reconnais bien évidemment quelques-unes mais pas toutes.

    Amitiés,

    Michel

  2. Pingback: 30 juin au Toulouse Space Show | Rêves d'Espace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *