Soutenez un projet d’observatoire étudiant

Un nouvel observatoire devrait voir le jour en 2023 à Toulouse, un projet mené par l’association étudiante d’astronomie UPS in Space.

Soutenez ce projet à travers sa campagne de crowdfunding.

L’objectif est de collecter 10 000 € d’ici le 30 novembre inclus. Cela servira à compléter le financement du télescope principal.

Un observatoire collaboratif

Où sont les professionnels de l’astronomie en France aujourd’hui ? Il existe de nombreux laboratoires et institutions mais très peu d’observatoires. En plus de sites dédiés à la radioastronomie, il existe seulement deux observatoires professionnels en France : l’observatoire du Pic du Midi et l’observatoire de Haute Provence.
Pourtant, l’Univers n’a jamais été aussi riche en informations ! Les professionnels ne se suffisent plus depuis longtemps pour l’étudier en intégralité. Une partie des observations du ciel repose désormais sur le socle grandissant des astronomes et observatoires amateurs.

Quoi de plus formidable que de proposer à tout passionné de participer à cette grande collaboration entre pros et amateurs pour la recherche en astronomie et astrophysique ?

Les clubs d’astronomie sont répartis partout dans le territoire pour partager la passion et plusieurs d’entre eux participent à cette science. UPS in Space entend être la première association d’astronomie étudiante à le faire.

Basée à l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, UPS in Space porte depuis 2015 le projet d’observatoire astronomique Jocelyn Bell.

La coupole sera installée sur le toit d’un futur bâtiment de l’université. Le but est de le rendre opérationnel en 2023.

La coupole sera installée au-dessus de la future Maison des Etudiants et des Personnels, à l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, et surélevée de sorte de pouvoir surplomber tous les autres bâtiments. (crédit : UPS in Space)


L’observatoire Jocelyn Bell a pour vocation de faire de la science, afin de participer à cette grande collaboration existante entre professionnels et amateurs. Il proposera aux étudiants de compléter leurs connaissances en faisant de la science, apportant une double plus-value : scientifique et pédagogique. Déjà plusieurs partenariats avec des cursus universitaires en France sont en cours de discussion.
L’observatoire aura le grand avantage d’être à proximité d’astronomes professionnels pour accompagner les observations. En effet, l’Observatoire Midi-Pyrénées (OMP) et l’Institut de Recherche en Astrophysique et Planétologie sont voisins du campus, ce qui est un avantage considérable.

‘’A l’issue de votre nuit d’observation, vous pouvez aller voir le lendemain le chercheur qui vous a demandé de faire des images pour voir si tout est normal, et vous allez progresser beaucoup plus vite’’ par Alain Klotz, astronome à l’OMP et chercheur au CNRS, lors de la table ronde dédiée à l’observation du ciel le 12/10/2021, à propos de la proximité entre l’observatoire et les instituts de recherche à Toulouse.

Le projet est soutenu par de nombreuses personnalités scientifiques.

Trois télescopes à l’observatoire

Dédié à la science, le télescope principal PlaneWave CDK20’’, baptisé l’Œil d’Astéria, pourra à la fois observer des objets de type planétaire (planètes, astéroïdes, comètes, exoplanètes), des étoiles, et enfin du ‘’ciel profond’’ (nébuleuses, galaxies, etc.). Son miroir primaire mesurera 500 mm de diamètre et il aura une focale de 3 454 mm. D’un coût non négligeable, il est la pièce maîtresse de l’observatoire. La campagne de crowdfunding a pour but de compléter son financement, ce qui permettra à l’observatoire de devenir réalité.
L’utilisation d’un tel instrument permet de se débarrasser de la plupart des problèmes de pollution lumineuse venant du centre-ville, dont le campus est excentré. L’utilisation de filtres interférentiels aidera également à gérer cette question.
En plus de l’Œil d’Astéria, l’observatoire hébergera deux autres télescopes. L’un sera pourvu d’un grand champ de vision, idéal pour faire de l’astrophotographie. L’autre sera dédié à l’observation du Soleil. Pour réaliser de la science, de nombreux accessoires d’imagerie seront ajoutés. Mais l’ensemble servira aussi à la médiation scientifique.

UPS in Space : la médiation avant tout

UPS in Space est une association étudiante d’astronomie, basée à l’Université Toulouse III – Paul Sabatier, fondée en 2009, et reconnue d’intérêt général. Son but est de partager le meilleur de l’astronomie au public, à tout niveau, à travers différents rendez-vous (conférences, soirées de partage, observations du ciel nocturne et du Soleil, visites d’observatoires, prestations, animations scientifiques, et autres événements).
UPS in Space compte une centaine de membres, et de nombreux partenaires issus des milieux scientifiques, de médiation scientifique, ou encore institutionnels. En plus de rajouter une dimension scientifique aux activités de l’association, l’Observatoire Jocelyn Bell a aussi pour but de faire de la médiation scientifique, notamment auprès du milieu scolaire. UPS in Space a déjà trois lycées partenaires et est en train d’écrire les produits d’animation pédagogiques avec des partenaires professionnels dans le domaine. L’observatoire sera aussi ouvert au grand public en général.

Nous avons déjà tous savouré les magnifiques images du ciel. Le VLT ou le télescope spatial Hubble nous ont régalé de clichés spectaculaires. Beaucoup d’entre-nous ont rêvé d’astronomie et ont eu soif d’en apprendre plus étant enfant. Mais pour aller au-delà des livres, des conférences ou des documentaires, il faut les moyens : acheter un télescope, ou faire le voyage jusqu’à l’observatoire, ce qui n’est pas forcément à portée des familles, ou des écoles.
L’implantation de l’Observatoire Jocelyn Bell dans Toulouse permet de rapprocher à nouveau l’ensemble du milieu scolaire avec l’astronomie par l’expérience pratique. En plus d’être au bout du métro, l’observatoire pourra aussi être au bout des ondes ! En effet, il a été conçu pour pouvoir être utilisé à distance, depuis une salle de classe par exemple. Et si l’utiliser de nuit est trop compliqué pour les écoles, le télescope solaire leur permettra toujours d’étudier les fantastiques détails de notre plus proche étoile.

Le financement

Le budget total du projet est de 250 000 €. C’est considérable mais l’ensemble est déjà financé à 60%. La campagne de crowdfunding a pour but de compléter le financement du télescope principal alors que la coupole, la monture, les télescopes secondaires et plusieurs accessoires sont déjà acquis ou financés.

La campagne de crowdfunding servira à financer le télescope principal, mais pas seulement !
A l’issue de cette campagne, UPS in Space va continuer de réunir les fonds nécessaires pour le projet. Dès janvier 2022, l’association va reprendre et prioriser ses efforts à la préparation à l’exploitation de l’observatoire, censé être livré à la mi-2023. Au programme : réalisation des produits de médiation scientifique (premiers tests avec les lycées partenaires), finalisation des processus de gestion (logiciel en cours de développement, recrutement de personnel), début des formations et des stages des premiers encadrants (dès l’été 2022).

L’association va aussi commencer à recruter des premiers services civiques pour aider les bénévoles à assurer sa gestion de plus en plus lourde. Avec l’aide de ses partenaires et d’un incubateur, l’association va également mettre en place un modèle économique afin que l’observatoire puisse s’autosuffire.
Mais pour l’instant, il s’agit de votre soutien, sans lequel le projet ne pourra voir le jour !

Article écrit par Daniel CHRETIEN, journaliste spatial et co-porteur du projet depuis 2018.

Une réflexion sur “Soutenez un projet d’observatoire étudiant

  • 16 novembre 2021 à 15 h 59 min
    Permalien

    Jocelyn Bell est le nom que j’avais proposé à l’ESA pour désigner le rover ExoMars devenu Rosalind Franklin. Elle aurait bien mérité d’avoir le Prix Nobel…

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.