SEIS sur Mars, c’est pour bientôt !

La mission Insight s’est posée sur Mars le 26 novembre dernier.

Elysium Planitia - sol 14

Mosaïque de 23 photos prises par l’atterrisseur InSight avec sa caméra IDC (Instrument Deployment Camera) au Sol 14 à approximativement 14h heure locale (credit Thomas Apperé, NASA/JPL-Caltech/University of Arizona)

 

Depuis les ingénieurs du JPL et les scientifiques des laboratoires impliqués dans la mission travaillent pour la seconde étape de la mission : poser les instruments scientifiques SEIS et HP3 sur le sol martien.

Premier selfie d’InSight sur Mars (mosaïque de 11 images) pris le 6 décembre 2018 (Sol 10) grâce à la caméra installée sur le bras télescopique qui servira à déployer les instruments SEIS et HP3 sur le sol martien. (Crédit : NASA / JPL-Caltech)

Le 30/11/2018, un test de «  bonne santé » a été effectué sur le sismomètre français SEIS. Le sismomètre était normalement « saturé » par toutes les secousses que lui transmet l’atterrisseur. mais il a surtout résité à l’atterrissage violent.

« L’atterrissage » de SEIS directement sur la surface martienne est en cours de préparation et devrait arriver cette semaine, plus tôt que prévu finalement.

A lire aussi sur le site du CNES : LE SISMOMÈTRE SEIS VA BIEN !

Atterrissage imminent de SEIS sur Mars

Tous les préparatifs et contrôles se déroulent parfaitement.

Le bras robotique et son grappin en charge de placer les instruments SEIS et HP3 sur le sol martien ont été tout d’abord désolidarisés du « pont » de l’atterrisseur et déployés.

Vue partielle du pont de l’atterrisseur InSight et de la plaine martienne Elysium Planitia. L’image calibrée en couleur a été reçue le 4 décembre 2018 (Sol 8). Le bras robotique d’InSight avec son grappin arrimé est visible au-dessus du pont, et l’un des propulseurs du système de contrôle d’assiette, qui fait saillie à l’avant du pont, a permis de contrôler l’atterrissage de la sonde. L’insert circulaire couleur argent du réservoir de propulseur est également visible au centre de l’image, ainsi que l’un des raccordements pour le bouclier et le parachute, qui ressemble à un porte-gobelet au premier plan. À côté du réservoir de propulseur se trouve l’antenne UHF, qui aide l’atterrisseur à communiquer avec la Terre. À l’arrière-plan, une partie de l’un des panneaux solaires d’InSight est visible. (Credit NASA/JPL-Caltech )

 

Des images du sol martien ont été réalisées grâce à la caméra sur le bras, afin de vérifier qu’il était exempt de cailloux ou rochers qui pourraient empêcher une pose la plus efficace possible. En effet, le sismomètre français SEIS, l’instrument principal de la mission, doit être déposé sur une surface la plus plate et horizontale possible.

Mosaïque de 52 images individuelles prise par une caméra d’InSight montrant la zone, environ 4 mètres sur 2, où ses instruments scientifiques SEIS et HP3 doivent être placés au sol (credit NASA/JPL-Caltech)

Au sol, au Jet Propulsion Laboratory en Californie, les ingénieurs ont fait une répétition du déploiement de SEIS grâce à une maquette représentative à l’échelle 1 de l’atterrisseur martien. Ils ont construit un « jardin » de pierres martiennes inspiré d’images provenant des caméras de l’engin spatial. L’équipe a ratissé, pelleté et tapissé un lit de grenat broyé destiné à simuler le sable martien. 

ForeSight, un modèle complet et fonctionnel de l’atterrisseur InSight, est installé dans une zone qui a été façonnée pour correspondre au terrain situé devant l’atterrisseur réel sur Mars (credit NASA/JPL-Caltech/IPGP)

Le grappin est prêt à descendre SEIS sur Mars

C’est la première fois que l’on pose un sismomètre sur une autre planète. Normalement sur Terre, les sismologues posent le sismomètre, regardent s’il marche bien et reviennent le bouger pour améliorer le contact avec le sol. Le bras de déploiement ne se séparera pas tout de suite de SEIS et tant qu’il sera encore accroché, on pourra changer SEIS de position, mais une fois le grappin décroché, on ne pourra plus déplacer SEIS.

 

Pendant les préparatifs,

Mesure inattendue du vent martien

Malgré une atmosphère faible, il y a un peu de vent sur Mars. Le 1er décembre, 2 instruments d’Insight enregistraient indirectement les faibles vents martiens.

La station météorologique APSS (Auxiliary Payload Sensor Suite) via son capteur de pression atmosphérique a enregistré des vibrations dans l’air, sur une fréquence d’environ 10 hertz, en dessous de la plage de l’audition humaine. Dans la vidéo ci-dessous, les sons ont été multipliés par 100.

Le sismomètre SEIS, encore sur le « pont » de l’atterrisseur, a enregistré les vibrations de l’engin causées par le vent se déplaçant au-dessus des panneaux solaires de 2,2 mètres de diamètre chacun. SEIS comprend deux ensembles de sismomètres : des capteurs très précis utilisés une fois que SEIS sera déployé sur le sol martien pour mesurer les « marsquakes » [détails à venir], mais aussi des capteurs à courte période pouvant fonctionner sur le pont de l’atterrisseur et capables de détecter des vibrations jusqu’à des fréquences proches de 50 hertz, dans la plage inférieure de l’audition humaine.

Le vent mesuré a été estimé à entre 5 et 7 km/h. La mission n’était pas prévue pour ce type de mesure au départ, mais le spatial réserve toujours des surprises !

A lire aussi sur le site du CNES : HISTORIQUE : SEIS ENREGISTRE LE BRUIT DU VENT SUR MARS

Insight vu depuis l’orbite martienne

Le satellite de la NASA MRO (Mars Reconnaissance Orbiter) en orbite martienne possède une caméra haute résolution, HiRise. Cette caméra a permis de localiser Insight à la surface de Mars les 6 et 11 décembre dernier.

Images de la mission Insight sur Mars par la caméra Hirise de MRO. De gauche à droite : le parachute d’Insight, l’atterrisseur, le bouclier thermique (credit : NASA/JPL-Caltech/University of Arizona)

La lumière réfléchie par les surfaces des éléments d’Insight provoque une saturation de la couleur. Le sol autour de l’atterrisseur est sombre, soufflé par ses rétrofusées pendant la descente.

Les parachutes sont à plusieurs centaines de mètres d’Elysium Planitia, la zone d’atterrissage d’InSight.

Image annotée de la surface de Mars, prise par la caméra HiRISE de MRO de 2014. Les annotations, ajoutées après l’atterrissage d’InSight le 26 novembre 2018, indiquent l’emplacement de l’atterrisseur InSight, de son bouclier thermique et de son parachute (credit NASA/JPL-Caltech/University of Arizona)

La localisation d’Insight par MRO a pu confirmer que l’atterrisseur avait atteint la zone visée : le centre d’une ellipse, d’environ 130 km de long sur environ 27 km de large.

Identification de la localisation de l’atterrisseur Insight sur une image de base de l’instrument THEMIS de l’orbiteur Mars Odyssey, avec les latitudes et longitudes martiennes (credit NASA/JPL-Caltech/University of Arizona)

Votre nom sur Mars ?!

Avant le lancement d’Insight en mai dernier, vous avez peut-être participé à la campagne de la NASA pour mettre votre nom sur Insight. Lors du lancement, je vous avais montré où se situait la puce sur l’atterrisseur [Insight en route pour Mars].

Voilà la puce sur Mars désormais :

Image de la caméra de déploiement d’instruments montée sur le bras robotique d’InSight montrant les instruments situés sur le pont de l’atterrisseur, avec la surface martienne d’Elysium Planitia à l’arrière-plan. La photo étalonnée en couleur a été acquise le 4 décembre 2018 (Sol 8). Au premier plan, un couvercle hexagonal de couleur cuivre protège l’instrument SEIS (Seismic Experiment for Interior Structure). Le dôme gris derrière SEIS est le pare-vent et le bouclier thermique, qui seront placés sur SEIS. À gauche, un instrument cylindrique noir, la sonde de flux de chaleur et de propriétés physiques (HP3). Au-dessus du pont se trouve le bras robotique d’InSight, le grappin replié faisant face à la caméra. À droite, on peut voir une petite partie de l’un des deux panneaux solaires qui alimentent InSight et une partie de l’antenne de communication UHF (credit NASA/JPL-Caltech)

Source principale de l’article : https://mars.nasa.gov/insight/news-and-events/news/

1 commentaire sur “SEIS sur Mars, c’est pour bientôt !”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.