Pale Blue Dot : l’image de la Terre comme un petit point bleu a 30 ans

L’image de la Terre comme un petit point bleu au milieu de l’immensité noire du Système Solaire prise par la sonde Voyager en 1990 est bien connue de tout amateur de spatial et d’astronomie.

Cette image couleur à angle étroit de la Terre, surnommée «Pale Blue Dot», fait partie du tout premier «portrait» du Système Solaire pris par Voyager 1, et a été publiée en 1990 (crédit NASA / JPL)

Sur cette image, la Terre est un point de seulement 0,12 pixel. Par coïncidence, la Terre se trouve en plein centre d’un des rayons lumineux diffusés résultant de la prise de l’image si près du Soleil. Cette image agrandie de la Terre a été prise à travers trois filtres de couleur – violet, bleu et vert – et recombinée pour produire l’image couleur. Les caractéristiques d’arrière-plan de l’image sont des artefacts résultant du grossissement.

La NASA a publié ce 12 février une nouvelle version de l’image publiée en 1990 :

Image revisitée en 2020 de la Terre prise par Voyager 1 le 14/02/1990 (crédit NASA JPL)

« Cette version mise à jour utilise un logiciel et des techniques de traitement d’image modernes pour revisiter l’image de Voyager tout en essayant de respecter les données d’origine et l’intention de ceux qui ont planifié les images » selon la NASA.

En 1990, le projet Voyager prévoyait d’éteindre les caméras d’imagerie de la sonde Voyager 1 pour économiser l’énergie et parce que la sonde, avec sa jumelle Voyager 2, ne volerait pas assez près d’autres objets pour prendre des photos, car elle venait de dépasser l’orbite de Neptune. La sonde était située à 40 UA [1 UA Unité Astronomique = distance moyenne Terre-Soleil].

Avant l’arrêt définitif des caméras, il a été demandé à la sonde de prendre une série de 60 images conçues pour produire ce qui a été appelé le « Portrait de famille du Système Solaire ». Exécutée le 14 février 1990, à une distance de plus de 6 milliards de kilomètres de la Terre et à environ 32 degrés au-dessus de l’écliptique, cette séquence a renvoyé des images pour faire des vues en couleur de six des planètes du Système Solaire et a également imagé le Soleil en monochrome.

Le 14 février 1990, Voyager 1 a acquis un total de 60 images pour une mosaïque du Système Solaire à une distance de plus de 6 milliards de km de la Terre et à environ 32 degrés au-dessus de l’écliptique. Trente-neuf cadres grand angle relient ensemble six planètes de notre Système Solaire dans cette mosaïque. Neptune est 30 fois plus éloignée du Soleil que la Terre. Notre Soleil est considéré comme l’objet brillant au centre du cercle de cadres. L’image grand angle du Soleil a été prise avec le filtre le plus sombre de l’appareil photo (une bande d’absorption de méthane) et l’exposition la plus courte possible (5 millièmes de seconde) pour éviter de saturer l’appareil photo avec une lumière solaire dispersée. Le soleil n’est pas grand vu du Voyager, seulement environ un quarantième du diamètre vu de la Terre, mais il est toujours près de 8 millions de fois plus brillant que l’étoile la plus brillante du ciel terrestre, Sirius. Le résultat de cette grande luminosité est une image avec de multiples réflexions de l’optique dans la caméra. Les images grand angle entourant le soleil montrent également de nombreux artefacts attribuables à la lumière diffusée dans l’optique. Celles-ci ont été prises à travers le filtre transparent avec des expositions d’une seconde. Les encarts montrent les planètes grossies plusieurs fois. Des images à angle étroit de la Terre, de Vénus, de Jupiter, de Saturne, d’Uranus et de Neptune ont été acquises lorsque la sonde a construit la mosaïque grand angle. Jupiter est plus grand qu’un pixel à angle étroit et est clairement résolu, tout comme Saturne avec ses anneaux. Uranus et Neptune semblent plus gros qu’ils ne le sont vraiment à cause du maculage de l’image dû au mouvement de la sonde pendant les longues expositions (15 secondes (crédit NASA/JPL)

La sonde a capturé Neptune, Uranus, Saturne, Jupiter, la Terre et Vénus. Mars était obscurcie par la lumière du Soleil diffusée. Mercure était trop proche du Soleil et la planète naine Pluton était trop petite, trop éloignée et trop sombre pour être détectée.

 

Le nom de « pale blue dot » trouve son origine dans le titre du livre de 1994 du scientifique Carl Sagan (1934-1996), membre de l’équipe d’imagerie de Voyager, qui est à l’origine de l’idée d’utiliser les caméras de la sonde pour imager la Terre depuis Voyager.

« Regardez encore ce petit point. C’est ici. C’est notre foyer. C’est nous. Sur lui se trouvent tous ceux que vous aimez, tous ceux que vous connaissez, tous ceux dont vous avez entendu parler, tous les êtres humains qui aient jamais vécu. Toute la somme de nos joies et de nos souffrances, des milliers de religions aux convictions assurées, d’idéologies et de doctrines économiques, tous les chasseurs et cueilleurs, tous les héros et tous les lâches, tous les créateurs et destructeurs de civilisations, tous les rois et tous les paysans, tous les jeunes couples d’amoureux, tous les pères et mères, tous les enfants plein d’espoir, les inventeurs et les explorateurs, tous les professeurs de morale, tous les politiciens corrompus, toutes les “superstars”, tous les “guides suprêmes”, tous les saints et pécheurs de l’histoire de notre espèce ont vécu ici, sur ce grain de poussière suspendu dans un rayon de soleil.

La Terre est une toute petite scène dans une vaste arène cosmique. Songez aux fleuves de sang déversés par tous ces généraux et ces empereurs afin que nimbés de triomphe et de gloire, ils puissent devenir les maîtres temporaires d’une fraction d’un point. Songez aux cruautés sans fin imposées par les habitants d’un recoin de ce pixel sur d’indistincts habitants d’un autre recoin. Comme ils peinent à s’entendre, comme ils sont prompts à s’entre-tuer, comme leurs haines sont ferventes. Nos postures, notre propre importance imaginée, l’illusion que nous avons quelque position privilégiée dans l’univers, sont mis en question par ce point de lumière pâle. Notre planète est une infime tache solitaire enveloppée par la grande nuit cosmique. Dans notre obscurité – dans toute cette immensité – il n’y a aucun signe qu’une aide viendra d’ailleurs nous sauver de nous-mêmes. La Terre est jusqu’à présent le seul monde connu à abriter la vie. Il n’y a nulle part ailleurs, au moins dans un futur proche, vers où notre espèce pourrait migrer. Visiter, oui. S’installer, pas encore. Que vous le vouliez ou non, pour le moment c’est sur Terre que nous prenons position.

On a dit que l’astronomie incite à l’humilité et fortifie le caractère. Il n’y a peut-être pas de meilleure démonstration de la folie des idées humaines que cette lointaine image de notre monde minuscule. Pour moi, cela souligne notre responsabilité de cohabiter plus fraternellement les uns avec les autres, et de préserver et chérir le point bleu pâle, la seule maison que nous ayons jamais connue.»

— Carl Sagan, Pale Blue Dot: A Vision of the Human Future in Space

D’autres petits points bleus ont été pris depuis 1990 :

La Terre vue par les sondes Cassini et Messenger #DayEarthSmiled

La Terre et la Lune par les premiers cubesats extraterrestres

D’autres articles sur Voyager

Source principale 

Depuis un orbite géostationnaire :

Publicités

1 Comment

  1. D’où le nom de « Blue Dot » attribué au premier vol spatial d’Alexander Gerst, Soyouz TMA-13M / ISS 40-41, effectué du 28 mai au 10 novembre 2014 en compagnie de Maksim Surayev et « Greg » Wiseman. Cette mission avait également pour indicatif « Cepheus ».

Répondre à Michel Clarisse Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.