Mission Gaia : 1 an déjà !

Gaia a été lancé depuis le Centre Spatial Guyanais le 19 décembre 2013 (articles : Gaia : lancement réussi ! 19/12/2013 et Mon lancement de #Gaia depuis Kourou)

Le 17 Octobre 2014, Gaia a été observé par le Faint Object Spectrograph de Bologne et la caméra (BFOSC) à l'Observatoire de Loiano en Italie (source ESA)

Le 17 Octobre 2014, Gaia a été observé par le Faint Object Spectrograph de Bologne et la caméra (BFOSC) à l’Observatoire de Loiano en Italie (source ESA)

Ayant travaillé sur ce projet pendant près de 4 ans, il me paraissait impossible de passer à côté de cet événement sur le blog, d’autant plus qu’une section y est entièrement consacrée.

Rappel de la missionCréer la carte 3D la plus complète de la Voie Lactée jamais réalisée.

Pendant au moins cinq ans, le satellite tracera les positions, les distances et les mouvements d’un milliard d’étoiles et il étudiera leurs propriétés physiques et leur composition chimique. Le catalogue final contiendra 10 000 fois plus d’étoiles que les catalogues actuels et les mesures seront même 200 fois plus précises.

Premiers résultats :

En Octobre 2014, le satellite avait déjà observé autour de 12 milliards de sources transitoires.

Les scientifiques pensent également que Gaia trouvera également une quantité surprenante d’exoplanètes de la taille de Jupiter d’ici la fin de sa mission planifiée en 2019 (durée de vie contractuelle).

Gaia observe environ 40 milliards d’étoiles par jour.

Cette image est la superposition d'une image du télescope spatial Hubble de la nébuleuse Œil de chat, à laquelle a été superposée    plus de 84 000 détections de Gaia dans la nébuleuse.  Divers détails de la structure de la nébuleuse, ainsi que la présence inexpliquée de rayons X durs, suggèrent que l'étoile centrale peut être un système de double-étoiles. Gaia suivra attentivement cet objet jusqu'en 2019. (HST image credit: NASA, ESA, HEIC, and The Hubble Heritage Team (STScI/AURA) Gaia image credit: ESA/Gaia/DPAC/UB/IEEC)

Cette image est la superposition d’une image du télescope spatial Hubble de la nébuleuse Œil de chat, à laquelle a été superposée plus de 84 000 détections de Gaia dans la nébuleuse. Divers détails de la structure de la nébuleuse, ainsi que la présence inexpliquée de rayons X durs, suggèrent que l’étoile centrale peut être un système de double-étoiles. Gaia suivra attentivement cet objet jusqu’en 2019.
(HST image credit: NASA, ESA, HEIC, and The Hubble Heritage Team (STScI/AURA)
Gaia image credit: ESA/Gaia/DPAC/UB/IEEC)

 

La figure est une représentation artificielle du «ciel» vu par Gaia lors du passage dans l'amas globulaire Omega Centauri. Les points sur la figure indiquent les positions où les caméras de Gaia ont détectés et mesurées les étoiles  en un seul passage. La taille et la luminosité de chaque point est proportionnelle à la luminosité mesurée pour chaque étoile, donc dans l'ensemble, il donne une idée réaliste du ciel réel.  (credits: ESA/Gaia/DPAC/UB/IEEC)

La figure est une représentation artificielle du «ciel» vu par Gaia lors du passage dans l’amas globulaire Omega Centauri. Les points sur la figure indiquent les positions où les caméras de Gaia ont détectés et mesurées les étoiles en un seul passage. La taille et la luminosité de chaque point est proportionnelle à la luminosité mesurée pour chaque étoile, donc dans l’ensemble, il donne une idée réaliste du ciel réel. (credits: ESA/Gaia/DPAC/UB/IEEC)

 

Gaia a  découvert sept supernovas à ce jour.

 La première découverte a été appelé Gaia14aaa. Une hausse soudaine de la luminosité de la galaxie entre deux observations de Gaia a été observée dans une galaxie lointaine à quelques 500 millions d’années-lumière (détails dans l’article de l’ESA, en anglais : gaia discovers its first supernova).

Supernova Gaia14aaa et sa galaxie hôte (crédit ESA)

Supernova Gaia14aaa et sa galaxie hôte (crédit ESA)

 

Gaia a certes connus quelques anomalies au début de sa mise en service (contamination, lumière parasite) [voir Gaia : réglages en cours], mais Gaia fonctionne très bien et permet même d’observer des étoiles de magnitude 21 alors qu’il n’était prévu que d’aller à la magnitude 20.

Gaia a atteint ces 100 jours de fonctionnement opérationnel le 26 octobre dernier.

Les données issues des observations de Gaia ont déjà donné lieu à de nombreuses publications scientifiques (voir http://www.cosmos.esa.int/web/gaia/public-dpac-documents)

La première version du catalogue aura lieu en été 2016 et la version finale sera publiée en 2022, avec un volume de données de plus d’un pétaoctet (un million de gigaoctets).

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *