ISS : isolement des 3 astronautes pour la recherche d’une fuite

Article mis à jour le 28/08/2020 – Initialement publié le 24/08/2020

Depuis septembre 2019, une lente depressurisation au sein de la Station Spatiale Internationale est détectée par les contrôleurs de vol sur Terre. Cette fuite minime ne remet pas en cause la vie des astronautes à bord de l’ISS jusqu’à présent.

Toutefois, bien que le taux de fuite ne soit pas devenu suffisamment important pour causer une alarme, les agences spatiales NASA et Roscosmos ont décidé de procéder à des investigations sur l’origine de la depressurisation lente.

La perte d’air à bord de la Station est tout à fait normale : à chaque fois qu’un sas est ouvert pour une sortie dans l’espace, et aucun vaisseau spatial, aussi robuste soit-il, n’est jamais complètement étanche à l’air. L’air de la Station est ainsi complété de temps en temps via de l’azote et de l’oxygène stockés dans des réservoirs de secours, azote et oxygène amenés essentiellement par les cargos russes de ravitaillement Progress.

Les contrôleurs au sol des 2 agences ont attendu le bon moment pour investiguer, notamment le fait qu’ils ne soient plus que 3 astronautes à bord, et qu’il n’y ait plus d’activités importantes comme l’arrivée ou le départ d’un cargo, ou des sorties spatiales.

Isolement forcé côté russe

Afin de déterminer quel module connaît un taux de fuite supérieur à la normale, il a été décidé de procéder dans un premier temps à l’isolement des modules de la partie américaine de l’ISS. L’équipage actuel composé de Anatoly Ivanishin, Ivan Wagner et Chris Cassidy, a passé fin août 3 jours dans une partie du segment russe.

« Les spécialistes américains et russes s’attendent à ce que les résultats préliminaires soient disponibles pour examen d’ici la fin de la semaine prochaine » [soit début septembre], a déclaré la NASA.

Schéma de l’ISS montrant la partie russe et la partie américaine (crédit NASA)

Selon une publication d’Ivan Wagner sur les réseaux sociaux, les écoutilles des modules Rassvet et Pirs ont été fermées jeudi 20 août, puis toutes les trappes du segment américain vendredi. Ensuite, le sas de Zarya a été clos.

Les 3 astronautes sont restés confinés dans le volume restant du module Zvezda, du cargo Progress MS-14*, du module Poisk, et du vaisseau Soyouz MS-16. [*Progress 75 selon la dénomination américaine sur le schéma ci-dessus]

[de gauche à droite] Chris Cassidy, Ivan Wagner et Anatoly Ivanishin dans le module Zvezda (crédit Ivan Vagner/Roscosmos)

Selon Ivan, « pour l’isolement, nous avons transféré le système de régénération de l’oxygène dans un mode plus efficace, pris et installé des cartouches d’absorption supplémentaires pour le dioxyde de carbone, transféré tout ce qui n’était pas nécessaire vers d’autres modules, pris la quantité d’eau, de produits alimentaires et d’hygiène nécessaires, nous nous sommes équipés d’une zone de lavage dans le cargo, nous avons préparé une place pour Chris. Chris a tendu un sac de couchage comme un hamac, qui s’est avéré confortable. On se sent bien ! Nous avons tout ce dont nous avons besoin et pouvons même faire de l’entraînement physique et des expériences d’observation de la Terre.« 

Chris Cassidy en train de dormir dans le module Poisk de l’ISS (crédit Ivan Wagner/Roscosmos)

Ce n’est pas la première fois que des investigations sur une fuite dans l’ISS sont effectuées. Cette depressurisation est par exemple beaucoup moins importante que celle d’août 2018.

Ivan Wagner dans le cargo Progress MS-14 (crédit Ivan Wagner/Roscosmos)

Les 3 astronautes passent juste un moment dans une zone plus restreinte de l’ISS comme l’ont fait avant eux ceux du premier équipage de la Station il y a 20 ans !

L’équipage 1 de l’ISS : l’astronaute américain William Shepherd et les cosmonautes russes Yury Gidzenko et Sergey Krikalyov (de gauche à droite)

A suivre !

Cet article sera éventuellement mis à jour par d’autres éléments communiqués par les agences ou les astronautes.

Mise à jour 28/08/20

Finalement les 3 astronautes seront restés confinés jusqu’au mardi 25 août dans la partie russe de la Station, donnant ainsi plus de temps aux contrôleurs au sol pour collecter des données et surveiller la pression dans chaque module isolé. 

Le commandant de l’ISS, Chris Cassidy, a commencé la journée de mardi en rouvrant les écoutilles du segment américain pour reprendre les opérations normales de la Station. Il a récupéré l’équipement américain utilisé pendant le week-end dans le  module de service Zvezda .

Anatoly Ivanishin a passé la matinée à reconfigurer le segment russe. Le cosmonaute a vérifié les soupapes de pression et le matériel de communication tout en ouvrant les trappes des divers modules russes fermés pendant l’isolement. Ivan Vagner a commencé la journée à réinitialiser l’équipement de survie russe et à échantillonner l’air dans le module Zvezda pour analyse.

Les contrôleurs au sol de mission vont étudier les données récoltées pendant le long week-end dans le but de déterminer la source de la fuite.

La NASA confirme que le taux est toujours bien dans les spécifications et ne présente aucun danger pour l’équipage ou la Station Spatiale. 

Photo de couverture : L’ouragan Genevieve photographié au large de la côte Est du Mexique depuis la Station spatiale internationale le 19 août (crédit NASA)

Publicités

3 Comments

  1. « Y’a dû y avoir des fuites… »
    (« Vertige de l’amour », Alain Bashung, 1981)

    Peut-être une micro-météorite ?

    Rien de comparable avec Soyouz-11 à la fin juin 71, espérons-le !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.