En février, l’arrivée sur Mars

Après le décollage à l’été 2020, les 3 missions en route vers Mars, Hope, Tianwen-1 et Mars 2020, vont effectuer l’une des phases critiques de leur mission début février : l’insertion en orbite martienne, ou MOI, Martian Orbite Insertion.

En effet, pour arriver à destination, il a fallu accélérer. Désormais, il va falloir freiner.

Premier objectif : freiner

Les 3 missions ont une vitesse de croisière d’environ 80 000 km/h. Pour se mettre en orbite martienne, il faut réaliser une manoeuvre qui nécessite l’allumage du moteur de croisière. Après un long séjour au froid spatial, ce n’est pas forcément gagné. À l’approche de l’orbite de Mars, il faut réduire sa vitesse à moins de 20 000 km/h. Si la sonde va trop vite ou trop lentement, elle se plantera sur Mars ou manquera complètement son orbite. 

Arrivée en ordre

La sonde Hope des Émirats Arabes Unis sera la première à atteindre la planète rouge le 9 février, suivie de la mission chinoise Tianwen-1 le 10 février, tandis que le rover Perseverance de la NASA tentera d’atterrir sur le sol de Mars le 18 février.


Illustration de l‘arrivée de Hope des EAU vers Mars (credit UAE Space Agency)

Selon l’agence spatiale émiratie, près de la moitié du carburant est dépensé pour ralentir suffisamment la sonde Hope faire l’insertion en orbite martienne. L’allumage des moteurs durera environ 30 minutes et réduira la vitesse de de la sonde de plus de 121 000 km/h à environ 18 000 km/h.

Si tout va bien, ensuite ce sera la vérification ultime des instruments à bord avant de rentrer dans la phase scientifique de la mission pour au moins une année martienne, soit à peu près l’équivalent de deux années terrestres, pour fournir la toute première image complète de l’atmosphère de Mars.  Les données collectées seront partagées gratuitement avec plus de 200 établissements universitaires et scientifiques à travers le monde. 

Pour voir les derniers jours de la phase de croisière de la mission Hope des EAU :

https://www.emiratesmarsmission.ae/track-the-hope-probe-live/


Une fois la MOI réussit, la sonde chinoise Tianwen-1 restera plusieurs semaines en orbite autour de Mars avant d’envoyer un atterrisseur contenant un rover sur la surface en mai. Si toutes les étapes réussissent, la Chine deviendra le troisième pays à débarquer un rover sur Mars.

Pour le moment, on n’a peu d’informations sur la mission, sauf qu’au 3 février, il lui restait environ 170 millions de kilomètres à parcourir d’ici la MOI.

L’arrivée se prépare activement au sol avec la mise en service début février de le plus grande antenne de réception de données interplanétaires en Asie. Cette antenne de 70 mètres de diamètre sera chargée de la réception des données lors de la mission d’exploration de Mars.

De son côté, l’administration spatiale chinoise invite les internautes à voter sur le nom du rover Mars parmi une liste de 10 noms présélectionnés. Le vote dure jusqu’au 28 février. L’administration choisira les trois noms les plus populaires en fonction du vote du public et du vote d’un comité d’évaluation.

Les 10 noms présélectionnés sont sortis après un premier appel à donner des noms et en octobre dernier, un panel de 32 experts a sélectionné les 10 demi-finalistes après avoir évalué plus plus de 39 000 soumissions de 38 pays et régions. Les participants étaient âgés de 7 à 95 ans.

parmi les 10 noms retenus sont «Hongyi», qui signifie avoir un esprit large et fort en chinois, «Qilin», un animal légendaire, et «Nezha», une figure mythologique chinoise bien-aimée.

Le nom définitif sera annoncé lorsque Tianwen-1 atterrira sur Mars, a ajouté l’administration.

Traduction approximative des 10 noms présélectionnés pour le nom du rover de la mission Tioanwen-1 (via @wakka)

Rappel de la mission et des explications sur le lieu d’atterrissage :


Du côté de la mission Mars 2020, pas d’attente : l’atterrissage est prévu directement le 18 février à 20h55 UTC.

Avant d’effectuer l’atterrissage, le rover plongera dans la mince atmosphère martienne, avec le bouclier thermique en face vers le sol, à une vitesse de plus de 20 000 km/h. Un parachute et une descente motorisée ralentiront le rover à environ 0,25 m/s. Le « sky crane », une espèce de grue volante, abaissera alors le rover maintenu par 3 filins pour qu’il atterrisse doucement sur six roues.

Infographie de la séquence de descente et d’atterrissage de Mars 2020 (crédit NASA/JPL-Caltech)

Plutôt que de longues explications, allez voir ces 2 vidéos pour respectivement une explication courte mais précise de la phase de descente et d’atterrissage et une explication extrêmement détaillée :

Le rover vise le cratère Jezero, un endroit où les scientifiques pensent qu’il y avait autrefois un lac. Perseverance recherchera des traces de vie passée sur Mars.

Rappel de la mission et des explications sur le lieu d’atterrissage :

Et pour savoir où est la mission à ce jour : https://mars.nasa.gov/mars2020/timeline/cruise/

Si le rover Perseverance réussit à se poser sans encombres, il deviendra la 11e sonde martienne envoyée par la NASA !


Pour compléter, de bonnes vidéos explicatives du CNES des difficultés des missions martiennes :


Publicités

1 Comment

  1. Ah oui, février est Mars ! Merci. Nous sommes impatients.
    Très beaux articles : Luna-9. Une rubrique « rétrospective » devrait figurer sur le site, avec, j’espère, l’histoire des robots américains : Orbiter, Surveyor (qui a permis l’alunissage du LEM) …
    Et pourquoi pas un historique de l’exploration martienne … ?
    Merci car ces articles permettent de mieux center l’info qui, dans les medias- comportent bien des erreurs. Pourrais-tu nous informer sur le projet Starship qui fait actuellement ses essais ?
    Merci de ce précieux travail, sérieux et bien documenté. Je réussis à intéresser mes petits enfants France à cela.
    Michel 😀

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.