Anniversaire : Gaia, 2 ans dans l’espace

Le satellite Gaia m’est particulièrement cher car j’ai passé presque 4 ans de ma vie professionnelle sur cette belle mission. J’ai énormément de souvenirs associés à cette période et le lancement du satellite il y a 2 ans est l’un des événements forts.

Et le temps passe vite :

Deux ans depuis le lancement de la mission Gaia. Le temps passe vite quand vous avez… beaucoup de données !

Et oui, déjà 2 ans que Gaia était placé dans l’espace par une fusée Soyouz depuis la base spatiale guyanaise !

Décollage Gaia par Soyouz VS06 le 19/12/13 (source : ESA – S. Corvaja)

Décollage Gaia par Soyouz VS06 le 19/12/13 (source : ESA – S. Corvaja)

Relisez : Gaia : lancement réussi ! 19/12/2013 et Mon lancement du satellite Gaia depuis Kourou

Depuis 2 ans, Gaia va bien ! Les données s’accumulent pour le grand bonheur des scientifiques : depuis juillet 2014, début des observations scientifiques, Gaia a déjà accumulé environ 340 milliards de mesures astrométriques (positions), 68 milliards de mesures photométriques (luminosités apparentes des objets observés) et des milliards de spectres.  En orbite autour du point de Lagrange L2 depuis le 1er mars 2014, Gaia balaye le ciel en permanence et mesure les positions, luminosités et couleurs de tous les objets plus brillants que la magnitude 20 observés par ses 2 télescopes.

Un premier catalogue pour l’été 2016

Le contenu de la première diffusion intermédiaires des données récoltées par Gaia a été annoncé courant novembre à réunion plénière du Data Processing and Analysis Consortium (DPAC, Consortium de traitement et d’analyse des données).

Le DPAC : Consortium de traitement et d’analyse des données de Gaia (credit ESA)

Le DPAC : Consortium de traitement et d’analyse des données de Gaia (credit ESA)

Ce premier catalogue comportera (informations Observatoire de Paris) :

  • les positions (alpha, delta) et magnitude G de toutes les étoiles dont les positions seront déterminées avec une précision suffisante. Ceci ne concernera que des étoiles simples avec un bon comportement astrométrique. Environ 90% du ciel devrait être couvert.
  • les données photométriques de RR Lyrae et Céphéides observées pendant les 28 premiers jours d’observations scientifiques, du 25 juillet au 22 août 2014. Pendant cette période, Gaia a observé le ciel avec un mode de balayage particulier, tous les grands cercles balayés passant de manière répétitive par les pôles écliptiques (mode EPSL = Ecliptic Pole Scanning Law). Cela a permis uneobservation suivie des variations de luminosité de ces étoiles.
  • les positions, parallaxes et mouvements propres des étoiles communes à Gaia et Tycho-2, résultat de l’analyse des données Gaia combinées aux données du Catalogue Tycho-2 de 2,5 millions d’étoiles observées par les repéreurs d’étoiles du satellite Hipparcos (Tycho-Gaia Astrometric Solution).

Le catalogue final devrait sortir en 2022 au plus tôt avec un nombre d’objets de la Voie Lactée inédit.

A lire :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *