Vega VV15 : résultats des investigations sur l’explosion du lanceur

Le 11 juillet dernier, la fusée européenne Vega explosait en plein vol un peu plus de 2 minutes après le décollage. C’était le premier échec sur 15 missions du lanceur léger. Le satellite à bord avait été détruit [l’article : Vega, premier échec après 14 vols].

Mercredi 4 septembre, la commission d’enquête indépendante co-présidéé par l’ESA et Arianespace chargée d’analyser l’échec du vol Vega VV15 a présenté ses conclusions : 130 secondes et 850 millisecondes exactement après le décollage, peu de temps après l’allumage du Zefiro 23, une anomalie s’est produite sur le lanceur, menant à la fin prématurée de la mission, sans faire de victimes ni de dommages extérieurs.

L’analyse complète des données de vol a montré que :

  • le fonctionnement du moteur du premier étage P80 (allumage du moteur, phase atmosphérique, propulsion et séparation du P80) a été nominal
  • la propulsion du moteur du deuxième étage (Zefiro 23) s’est montrée conforme aux précédents vols durant 14 secondes et 25 millisecondes.
  • à 130 secondes et 850 ms, un événement soudain et violent s’est produit sur le moteur Z23. Cet événement a entraîné la rupture du lanceur en deux parties principales : le Z23 d’un côté et de l’autre, l’ensemble composé de la coiffe, du satellite, de l’adaptateur de vol, de l’AVUM et de l’étage Zefiro 9.
  • à 135 secondes, la trajectoire de l’assemblage supérieur a commencé à s’écarter de la trajectoire nominale.
  • à 213 s 660 ms, conformément aux procédures de sécurité en vigueur au Centre Spatial Guyanais, un ordre de neutralisation a été envoyé par les autorités en charge de la sécurité des tirs et a été confirmé comme exécuté par l’analyse des données de télémétrie.
  • à 314 s 25 ms, les stations sol n’ont plus reçu les données de télémétrie et les signaux du lanceur.
Le lanceur Vega (credit Arianespace)

La commission d’enquête a également précisé que toutes les opérations de préparation et de compte à rebours pour le lancement du VV15, ainsi que les conditions de vol après l’allumage du deuxième étage de Zefiro 23 (Z23), se sont déroulées normalement.

Mais la cause de l’anomalie amenant à l’explosion du lanceur n’a pas été clairement énoncée ou trouvée.

La cause  » la plus probable » de l’anomalie serait  » une défaillance thermo-structurale  » dans le dôme avant du moteur Zefiro 23.

Le Zefiro 23 est un moteur à propergol solide. D’une hauteur de 7,5 mètres, il a un diamètre d’environ 2 mètres et pèse 26 tonnes, dont 24 tonnes de propergol solide.

Installation du troisième étage Zefiro-9 à propergol solide au-dessus du 2e étage Zefiro-23 pour le vol VV01 en décembre 2011. On voit le dôme avant du Zefiro-23 (crédit ESA – M. Pedoussaut, 2011)

La piste d’un déclenchement intempestif de la chaîne de neutralisation du moteur a été écartée.

Après des enquêtes spécifiques, la Commission d’enquête n’a trouvé aucune preuve d’acte malveillant.

Reprise des lancements VEGA en 2020

La commission a formulé des recommandations pour permettre la reprise des lancements de Vega dans les conditions de sécurité et la fiabilité requises. Des modifications du Zefiro-23 seront sans doute menées et des essais de qualification suivront.

La reprise des lancements de Vega n’est pas prévue avant le premier trimestre 2020.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.