Météorite de Chelyabinsk, un an après

Chelyabinsk, c’est le nom de cette ville de plus d’1 million d’habitants en Russie qui a fait la Une des journaux le 15 février 2013 à la suite de la chute d’une météorite qui avait entraîné au moins 1500 blessés et de nombreux dégâts matériels.

La météorite de Chelyabinsk a été filmée depuis le sol par de nombreuses caméras mais également depuis l’orbite terrestre.

L'instrument SEVIRI à bord du satellite géostationnaire Meteosat-10 d'Eumetsat a observé la traînée de vapeur laissée par l'astéroïde (source ESA)

L’instrument SEVIRI à bord du satellite géostationnaire Meteosat-10 d’Eumetsat a observé la traînée de vapeur laissée par l’astéroïde, au centre de l’image (source ESA)

Les scientifiques ont pu déterminer sa taille, sa masse, son age et son origine. La météorite devait faire dans les 20 mètres de long et 13000 tonnes. Son âge a été estimé à 4,5 billions d’années, soit l’âge du système solaire, et elle provenait de la Ceinture d’Astéroïdes :

La ceinture d'astéroïde (source Wikipedia)

La ceinture d’astéroïde (source Wikipedia)

Elle a explosé à environ 23 km d’altitude mais cette explosion correspondait à 500 kilotonnes d’explosif TNT, soit 30 fois la bombe atomique d’Hiroshima. Comme elle est entrée dans l’atmosphère à 19 kilomètres par seconde, la majeure partie de son énergie cinétique a été libéré dans une série d’explosions aériennes sous forme de chaleur, de lumière et une forte onde de choc.

La météorite a été principalement pulvérisée en poussière et en fragments minuscules. Un fragment de 654 kg a toutefois été retrouvé dans un lac gelé.

Cratère dans le lac Chebarkul (source RIA Novosti)

Cratère dans le lac Chebarkul (source RIA Novosti)

le plus gros fragment de la météorite de Chelyabinsk retrouvé (source www.theregister.co.uk/)

le plus gros fragment de la météorite de Chelyabinsk retrouvé (source www.theregister.co.uk/)

Le monde a alors pris a encore plus pris conscience du danger des objets célestes qui peuvent croiser l’orbite terrestre et y faire de gros dégâts  : les NEO (Near-EarthObjects) ou objets géo-croiseurs.

Outre l’onde de choc créée, la poussière générée peut perturber l’atmosphère terrestre et donc le climat. Par exemple, le satellite Suomi NPP de la NASA a suivi le panache de la météorite de Chelyabinsk et a montré qu’il avait voyagé dans l’hémisphère nord et est retourné au-dessus de Chelyabinsk en 4 jours :

Les objets géocroiseurs sont une vraie menace pour la Terre et surtout ses habitants. Les scientifiques auraient découvert jusqu’à plus de 10700 objets potentiellement géocroiseurs.  Il est estimé qu’on ne détecte que 95% des objets susceptibles de détruire toute vie sur Terre. De plus, les techniques actuelles ne permettent pas de suivre des petits objets qui pourraient faire de gros dégâts.

Le projet CAMS (Cameras for Allsky Meteor Surveillance) du SETI participe déjà à la surveillance des météorites.

Des programmes spatiaux sont en cours d’élaboration pour permettre la détection, et pourquoi pas la déviation de leur orbite de ces objets menaçants. Les projets à l’étude : NEO, NeocamNeoshield, ARM (Asteroid Redirect Mission), Project Meteor, ..

Infographie de la météorite de Chelyabinsk (source Space.com)

Infographie de la météorite de Chelyabinsk (source Space.com)

A noter : le 15 février 2014, les athlètes qui remporteront une médaille d’or aux JO de Sochi repartiront aussi avec un petit fragment de la météorite de Chelyabinsk :

Médaille d'or des JO de Sochi avec un fragment de météorite    (source : collectSPACE.com)

Médaille d’or des JO de Sochi avec un fragment de météorite (source : collectSPACE.com)

Plus de détail sur collectspace.com

Une réflexion sur “Météorite de Chelyabinsk, un an après

  1. Pingback: Le 30 juin, c’est Asteroid Day ! | Rêves d'Espace

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *