Le survol de la Terre par Hayabusa 2

La sonde japonaise Hayabusa 2 a réalisé le 3 décembre dernier un survol de la Terre, juste 1 an après son décollage, afin de  profiter de l’assistance gravitationnelle.

Simulation du survol de la Terre par Hayabusa 2 :

La sonde de l’agence japonaise d’exploration spatiale (JAXA) a volé au plus proche de la Terre à 10h08 UTC au-dessus de l’océan Pacifique aux environs des îles Hawaï, à une altitude d’environ 3090 km.

Survol de la Terre par la sonde japonaise Hayabusa 2 (source Jaxa)

Survol de la Terre par la sonde japonaise Hayabusa 2 (source Jaxa)

L'image de la Terre prise par Hayabusa 2 lors du survol le 3 Décembre 2015. La séquence des images, en heure de Tokyo, avec la distance de la sonde par rapport à la Terre : 09h00 à 200 000 km, 12h00 à environ 150 000 km, 14h30 à environ 100 000 km, 16h00 à environ 70 002000 km, 16h45 à 5 17000 km, 17h45 à 30 006000 km. (© JAXA)

L’image de la Terre prise par Hayabusa 2 lors du survol le 3 Décembre 2015. La séquence des images, en heure de Tokyo, avec la distance de la sonde par rapport à la Terre : 09h00 à 200 000 km, 12h00 à environ 150 000 km, 14h30 à environ 100000 km, 16h00 à environ 72 000 km, 16h45 à 57 000 km, 17h45 à 36 000 km. (© JAXA)

Mise à jour du 25/12/15

La JAXA a publié le 1′ décembre cette image prise le 4 décembre par la sonde Hayabusa 2 après son survol de la Terre :

Prise de vue le 4 décembre, à environ 340 000 km de la Terre, par la sonde japonaise Hayabusa 2. Vous pouvez voir le continent australien en haut à droite, et l'Antarctique en bas à droite ( Credit JAXA).

Prise de vue le 4 décembre, à environ 340 000 km de la Terre, par la sonde japonaise Hayabusa 2.
Vous pouvez voir le continent australien en haut à droite, et l’Antarctique en bas à droite ( Credit JAXA).

Avant le survol, la Terre et la Lune photographiées par Hayabusa 2

Le 26 Novembre 2015, la Terre et la Lune ont été photographiées par l’imageur thermique infrarouge TIR à bord de Hayabusa 2. L’image a été prise à une distance de 3 millions de kilomètres de la Terre, sous un l’angle Soleil-Terre-saellite à 52° au nord du plan de l’écliptique.

Le 26 Novembre 2015, la Terre (le point blanc au centre) et la Lune (le petit point blanc à droite) photographiées par Hayabusa2 (©JAXA).

Le 26 Novembre 2015, la Terre (le point blanc au centre) et la Lune (le petit point blanc à droite) photographiées par Hayabusa2 (©JAXA).

Rendez-vous en 2018 sur l’astéroïde « Ryugu »

Après son survol, la JAXA a confirmé la bonne santé de Hayabusa2 grâce aux stations du réseau « Deep Space » de la NASA ou de l’ESA. Désormais l’équipe de navigation est en train de vérifier que la sonde est sur la bonne orbite, pour son rendez-vous avec l’astéroïde 1999 JU3, surnommé Ryugu.

Comparaison de la taille de l'asteroïde 1999 JU3 "Ryugu" et de la tour Tokyo Skytre, la Tour de Tokyo et l'astéroîde Itokawa où avait atterri Hayabusa 1 (via huffingtonpost.jp)

Comparaison de la taille de l’asteroïde 1999 JU3 « Ryugu » et de la tour Tokyo Skytre, la Tour de Tokyo et l’astéroîde Itokawa où avait atterri Hayabusa 1 (via huffingtonpost.jp)

Ce nom a été choisi par la JAXA après une campagne publique de nommage. Ce nom a été choisi pour de multiples raisons :

  • Dans l’histoire ancienne japonaise « Urashima Taro », le personnage principal, Taro Urashima, a ramené un cercueil du palais du Dragon, ou le château « Ryugu », depuis le fond de l’océan. La sonde Hayabusa2 a pour objectif de ramener une capsule avec des échantillons, ainsi le thème de « ramener un trésor » est commun.
  • On suppose que des roches contenant de l’eau existent sur l’astéroïde 1999 JU3. Le nom « Ryugu » nous rappelle aussi l’eau, car le château « Ryugu » est sous l’océan.
  • ce nom n’est pas similaire ou identique avec d’autres noms déjà existants de planètes ou d’astéroïdes, et il y avait de nombreuses propositions pour ce nom parmi les noms proposés qui sont liés à la mythologie.
  • Selon la règle de nommage stipulée par l’Union Asteroid internationale (UAI), le nom doit être « de préférence issu de la mythologie » et le « Ryugu » correspond à cette règle. Du coup, cela ne devrait pas violer le droit des marques ou d’autres marques de tiers.

Pour en savoir plus sur Hayabusa 2, lire l’article écrit avant son décollage : Hayabusa-2 : l’explorateur d’astéroïde japonais

Sources principales : 

 

Une réflexion sur “Le survol de la Terre par Hayabusa 2

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *