La technologie de construction des lanceurs Ariane employée pour la première fois dans une application non-spatiale

Communiqué d’Astrium :

l'ITER

l’ITER

Astrium a signé un contrat avec Fusion For Energy (F4E), l’entreprise commune de l’Union européenne responsable de la contribution de l’Europe au réacteur expérimental thermonucléaire international ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor), portant sur la fourniture d’anneaux de précompression. Fruit d’une collaboration entre l’Europe, les Etats-Unis, le Japon, la Russie, la Corée du Sud, l’Inde et la Chine, ITER est un projet international de construction d’un réacteur de fusion thermonucléaire de type « tokamak » en France, basé sur le confinement magnétique du plasma chaud. La fusion du deutérium et du tritium produit un noyau d’hélium, un neutron et de l’énergie. Dispersée sous forme de chaleur, cette énergie peut servir à créer de la vapeur et générer de l’électricité.

Ce contrat de 12 millions d’euros prévoit la conception, la fabrication et la qualification de neuf anneaux de précompression en résine époxy et fibres de verre. Mesurant 5 m de diamètre, chacun affichera une section transversale de 337 x 288 mm, et une masse de 3,5 tonnes. Au cours des vingt années d’exploitation d’ITER, ces anneaux devront supporter 30 000 cycles de charge/décharge et fonctionner à des températures de 4 K (-269 °C). Ces activités devraient s’étendre sur 51 mois au total.

Antonio Cuadrado, CEO d’Astrium en Espagne, a déclaré à cette occasion : « L’attribution de ce contrat majeur, qui intervient à l’issue d’un processus d’appel d’offres ouvert, a été rendue possible grâce au savoir-faire et aux capacités technologiques d’Astrium développées en Espagne ».

Habituellement employée pour la fabrication de grandes structures monoblocs en fibres de carbone au profit de lanceurs comme Ariane, la technologie de placement automatique de fibres (AFP) sera pour la première fois appliquée à des fins non-spatiales, et combinée à la fibre de verre. A travers sa filiale EADS CASA Espacio, Astrium fournira une nouvelle solution techniquement viable dans un délai d’exécution le plus court possible.

Compte tenu de la taille, du type de matériaux et de la masse des anneaux, leur fabrication et inspection représentent un défi technologique considérable. Impliquant un transfert de technologie du secteur spatial vers un environnement industriel, dans la lignée d’un processus entamé voici plusieurs années avec le contrat de fourniture de structures porteuses d’aimants pour le CERN, ce projet marque également une étape stratégique concertée vers le domaine de la production énergétique.

« A mesure que la technologie de fusion nucléaire gagne du terrain, nous assistons à une forte demande en faveur de produits de ce type, même plus grands », a ajouté Antonio Cuadrado. « Il ne fait aucun doute que ce contrat représente pour nous une formidable opportunité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *