Découverte du premier système astéroïde quadruple

Dans un communiqué publié le 14 février par l’ESO, l’European Southern Observatory, le premier astéroïde quadruple a été découvert par des astronomes.

Pour en savoir plus sur les vestiges du passé du Système Solaire

Entre Mars et Jupiter, il y a la ceinture principale d’astéroïdes. On ne connaît pas tous les objets s’y trouvant mais de nombreuses études et observations sont réalisées sur ces objets par des sondes ou des télescopes car ils sont les vestiges de la formation du Système Solaire.

La ceinture principale d’astéroïdes.
Principal groupement d’astéroïdes avec plus de 880 000 objets recensés à ce jour, la ceinture principale d’astéroïdes se situe environ entre deux à quatre unités astronomiques du Soleil. Crédits Y. Gominet/IMCCE (Source NASA)

Avec les télescopes terrestres de plus en plus performants, les scientifiques font de nouvelles découvertes régulièrement.

Celle de fin 2021 et dont la publication a été approuvée en janvier 2022 concerne l’astéroïde Électre (ou selon la désignation internationale (130) Elektra).

3 satellites découverts autour d’Elektra

Électre, ou Elektra, est un astéroïde découvert en 1873, par Christian H. F. Peters, depuis l’observatoire Litchfield de l’Hamilton College à Clinton (état de New York). Il mesure environ 182 kilomètres de diamètre.

Deux lunes, S/2003 (130) et S/2014 (130) ont été découvertes respectivement en 2003 (W. J. Merline, P. M. Tamblyn, C. Dumas, L. M. Close, C. R. Chapman, et F. Menard avec le télescope M. Keck II à Mauna Kea, Hawaï) et 2014 (B. Yang, Z. Wahhaj, L. Beauvalet, F. Marchis, C. Dumas, M. Marsset, E. L. Nielsen, et F. Vachier avec le VLT de l’ESO).

Le 6 novembre 2021, les astronomes Anthony Berdeu (Institut national de recherche astronomique de Thaïlande), Maud Langlois (CNRS, Centre de Recherche Astrophysique de Lyon), et Frédéric Vachier (Institut de Mécanique Céleste et de Calcul des Ephémérides, CNRS, Observatoire de Paris) annoncent la découverte d’une 3e lune à Elektra.

L’astéroïde Elektra était connu jusqu’en 2021 pour avoir non pas une mais deux lunes en orbite autour de lui, représentées respectivement par les orbites orange et verte. Une équipe d’astronomes, dirigée par Anthony Berdeu a trouvé un nouveau satellite en orbite autour de l’astéroïde, représenté par l’orbite bleue (crédit ESO / Berdeu et al., Yang et al.)

Cette découverte d’un nouveau satellite à l’astéroïde est en fait issue des observations effectuées entre le 9 et le 31 décembre 2014 avec le Very Large Telescope (VLT) de l’ESO à Paranal, au Chili.

L’instrument SPHERE (Spectro-Polarimetric High-contrast Exoplanet REsearch) du VLT, dont les principaux objectifs sont la détection et la caractérisation d’exoplanètes, possède un système d’optique adaptative extrême qui permet des corrections en temps réel de la turbulence dans l’atmosphère terrestre qui fait scintiller les étoiles. L’équipe a utilisé des techniques de pointe de réduction des données et des algorithmes de traitement des données pour analyser au mieux les données brutes fournies par l’instrument et augmenter ses performances.

Vue d’ensemble des étapes de traitement d’image, appliquées sur la 24e acquisition du 9 décembre 2014 après sa réduction par PIC (Berdeu et al. 2020). (a) Données réduites normalisées. (b) Objet déconvolué. (c) Vue saturée de (a). (d) Vue saturée du modèle de halo ajusté. (e) Résidus après la soustraction de (a,c) du modèle de halo (d). (f) Résidus après l’application du filtre médian annulaire sur (e). En (e) et (f), les pixels inutilisables pour l’ajustement du halo et le filtrage médian (bords du champ de vision IFS et primaire déconvolué) ont été remplacés par une vue plus sombre de (b) pour visualiser simultanément le primaire et les lunes (crédit ESO / Berdeu et al., Yang et al.)

Cette nouvelle troisième lune d’Elektra, nommée provisoirement S/2014 (130) 2, se trouve plus près de son astéroïde parent que les autres lunes, à une distance moyenne d’un peu moins de 350 km, et est 15 000 fois moins lumineuse qu’Elektra. Les astronomes estiment qu’elle a une période de 0,679 ± 0,001 jour et un demi-grand axe de 344 ± 5 km, avec une excentricité de 0,33 ± 0,05 et une inclinaison de 38° ±19° par rapport à l’axe de rotation primaire. Sa taille est estimée à 1,6 ± 0,4 km.

Les cercles en pointillés indiquent des positions épinglées manuellement sur ce qui pourrait être un signal lunaire dans les données. La partie centrale du champ de vision a été remplacée par une image déconvoluée plus sombre d’Elektra permettant de visualiser simultanément l’astéroïde primaire et les lunes (crédit ESO / Berdeu et al., Yang et al.)

La découverte aidera les astronomes de comprendre comment ces satellites se forment et, à son tour, fournira des informations cruciales sur la formation planétaire et l’évolution de notre propre système solaire.

ESO

Source principale : ESO

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.