Insight sur Mars !

Lundi 26 novembre, après 6 mois de voyage et des années de développement, l’atterrisseur Insight s’est posé sur Mars !

Un nouveau succès pour le Jet Propulsion Laboratory en charge de la mission pour le compte de la NASA, 6 ans après celui de l’atterrissage de Curiosity en août 2012. Un exploit à 146 millions de kilomètres de la Terre.

Mars InSight Landing (NHQ201811260012)

Julie Wertz-Chen, ingénieure sur les systèmes d’entrée, de descente et d’atterrissage (EDL) du JPL (à gauche), Aline Zimmer, ingénieure systèmes (au centre), et Christine Szalai, superviseur du groupe technique, commentateur de mission, émues après avoir reçu la confirmation que l’atterrisseur Mars InSight s’est posé avec succès à la surface de Mars le lundi 26 novembre 2018 (crédit: NASA / Bill Ingalls)

Une descente sous haute tension

La séparation de l’étage de croisière a eu lieu comme prévu à 19h40 UTC.

InSight a commencé sa descente dans l’atmosphère martienne à environ 19 800 km/h avec un angle de rentrée à 12° (plus, il brûle, moins il rebondit). Lors de la descente, l’écran thermique s’échauffe à environ 1500°C. La sonde est ralentie mais pas assez. Un parachute est déployé, puis ce dernier est détaché et 12 petits propulseurs entrent en action pour ralentir encore plus le lander. En 6,5 minutes, Insight se pose sur une plaine équatoriale plate appelée Elysium Planitia à environ 8 km/h [séquence à revoir ici].

L‘atterrissage a été confirmé réussi à 19:52:59 UTC.

Bruce Banerdt, chercheur principal d’InSight auJPL, a déclaré plus tard que l’atterrisseur est arrivé sur un terrain plat, avec une inclinaison de seulement 2 degrés.

Premières images du nouveau locataire martien

Très rapidement, une première image prise par l’atterrisseur est retransmise sur Terre grâce à l’un des 2 cubesats MarCO lancés en même temps qu’Insight en mai dernier. Ils permettent de relayer pour la première fois en quasi temps réel les premières données d’un lander.

Première image prise par la caméra ICC de l’atterrisseur InSight à la surface de Mars le 26 novembre 2018, peu après l’atterrissage. Le capuchon d’objectif transparent était toujours en place pour protéger l’objectif de la poussière soulevée lors de l’atterrissage (Crédit NASA / JPL-Caltech)

Mars InSight Landing (NHQ201811260011)

Bruce Banerdt, chercheur principal sur InSight (à gauche), Hallie Gengl, développeur en visualisation de données (à droite) et d’autres membres de l’équipe de la mission InSight fêtent la première image de Mars envoyée par l’atterrisseur le lundi 26 novembre 2018 à l’intérieur de la salle de contrôle du Jet Propulsion Laboratory de la NASA à Pasadena, en Californie (crédit: NASA / Bill Ingalls)

Les contrôleurs au sol du JPL ont dû patienter 5h30 après l’atterrissage pour se détendre complètement. En effet, il fallait attendre que le satellite de la NASA, Mars Odyssey, se trouve en visibilité d’Insight puis de la Terre pour relayer les télémétries du lander.

Vers 1h30 UTC le 27 novembre, le JPL reçoit la confirmation que les panneaux solaires d’Insight se sont correctement déployés.

Les panneaux solaires de 2,2 m de diamètre sont ouverts et donc l’atterrisseur peut commencer à recharger ses batteries, première opération essentielle juste après l’atterrissage pour permettre la suite des activités. En effet, chaque panneau solaire va fournir 600 à 700 watts par jour sans poussières martiennes, et lorsque de la poussière va recouvrir les panneaux solaires, ce qui est un phénomène courant sur Mars à cause des tempêtes, ils devraient pouvoir fournir au moins 200 à 300 watts pour faire fonctionner les instruments scientifiques et les systèmes thermiques et de transmission des données.

InSight a acquis cette image à l’aide de sa caméra IDC (Instrument Deployment Camera) montée sur son bras robotique le 26 novembre 2018, au Sol 0 (jour de l’atterrissage) à l’heure locale 14:04:35. A gauche, on voit nettement l’instrument français SEIS (Crédit: NASA/JPL-Caltech)

Les opérations sur Mars peuvent commencer

Les opérations sur la surface martienne et le début de la phase de déploiement des instruments commencent dès le 27 novembre.

Les premiers jours martiens (ou Sols) vont être destinés aux vérifications de l’ensemble des systèmes, y compris les instruments, à l’acquisition de données multiples, notamment la « météo » de Mars grâce aux différents capteurs du lander, et à la prise d’images de l’espace environnant. Cela sera notamment important afin que les équipes au sol puissent choisir les sites de déploiement des deux principales expériences, SEIS et HP3. Leur déploiement sur le sol grâce au bras robotique embarqué sur l’atterrisseur, n’est pas la phase la moins risquée. C’est la raison pour laquelle le déploiement complet des deux instruments pourrait prendre plus d’un mois et n’arriver qu’en fin d’année, voire en janvier [on en reparlera évidemment !]

Les instruments et différents composants de la mission Insight (credit NASA/JPL-CALTECH)

Lorsque les instruments seront déployés, leur phase de recette, consistant à les caractériser finement et à les régler, pourra alors débuter. Puis ce sera la phase de routine qui devrait durer une année martienne, soit environ deux années terrestres.

Au-revoir les MarCO

Les 2 cubesats Mars Cube One n’étaient pas prévus pour se mettre en orbite martienne, mais juste un survol de la planète, le temps de transmettre des données d’Insight. Mission réussie !

Les cubesats MarCO ont transmis les données d’InSight à la Terre pendant la descente du lander dans l’atmosphère de Mars et son arrivée à la surface (credit JPL)

Ils deviennent les premiers cubesats interplanétaires « antenne-relais. »

MarCO-B a pris cette image de Mars à environ 6 000 kilomètres de Mars après son survol de la planète rouge le 26 novembre 2018 vers 20h10 UTC avec son jumeau MarCO-A, soit un peu plus de 15 minutes après l’atterrissage d’Insight. Pas mal non pour des satellites de 36,6 cm x 24,3 cm x 11,8 cm (hors antenne), non ?

Les 2 petits satellites continuent leur route loin de Mars désormais, une orbite stable autour du soleil. Ils rencontreront peut-être des astéroïdes sur leur chemin.

3 commentaires sur “Insight sur Mars !”

  1. Merci pour toutes ces informations passionnantes !
    « Chaque panneau solaire va fournir 600 à 700 watts », il s’agit d’une puissance (homologue d’un débit en hydraulique), donc on ne dit pas « par jour ». Soit, cela va sans dire : 14,4 kWh 16,8 kWh par jour en énergie (homologue d’un volume).
    Je suppose qu’il y a un dispositif pour enlever la poussière des panneaux solaires ?

  2. Arriver à se poser en douceur le 26 novembre 2018 sur un Champ de Mars dénommé Elysium Planitia (la Plaine Elyséenne), il fallait vraiment le faire ! Pari gagné !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.