Gaia : injection sur orbite L2 réussie

Pour rappel, Gaia va fonctionner au point de Lagrange 2, un point de stabilité gravitationnel qui permettra à Gaia de se déplacer en même temps que la Terre autour du soleil, en suivant le mouvement du soleil également.

lagrange

Pour y arriver, après avoir été mis sur une orbite de transfert par le dernier étage Fregat du lanceur Soyouz lors de son lancement le 19 décembre dernier, il faut ralentir  et réorienter Gaia. C’est une manœuvre critique durant laquelle il faut exercer une poussée dans la bonne direction, au bon moment, pendant la bonne durée. Tout cela pour mettre Gaia sur orbite autour d’un « point virtuel » dans l’espace…

Mardi 7 janvier vers 20h CET (ou heure de Paris), cinq des huit propulseurs de Gaia, des tuyères de 10N de poussée, ont été commandé pour faire une combustion automatique d’un peu moins de deux heures. Environ 240 télécommandes ont été nécessaires.

Exemple de tuyères 10N comme celles installées sur Gaia (8 doubles tuyères en tout) (source Astrium)

Exemple de tuyère 10N comme celles installées sur Gaia (8 doubles tuyères en tout) (source Astrium)

Et l’insertion sur orbite a été pleinement réussie depuis l’ESOC.

Le Centre de Contrôle de Gaia -  ESOC (source ESA)

Le Centre de Contrôle de Gaia – ESOC (source ESA)

Une nouvelle manoeuvre, plus courte, aura lieu le 14 janvier pour corriger l’orbite.

L’annonce (en français) de ce succès sur le site de l’ESA

Pour plus de détails techniques sur l’équipe  « flight dynamics » en charge de cette opération, consultez le blog ESA Gaia (en anglais)

20140107-220619.jpg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *