Succès du premier vol habité du Crew Dragon

Le retour du décollage d’un vaisseau habité américain depuis le sol des Etats-Unis est enfin arrivé pour la NASA après 9 ans, et l’arrêt des Navettes Spatiales en 2011.

Ce samedi 30 mai 2020, un vaisseau Crew Dragon avec 2 astronautes à bord a décollé à bord d’une Falcon 9 pour rejoindre la Station Spatiale Internationale.

SpaceX Demo-2 Launch (NHQ202005300042)
Décollage le 30 mai 2020 Falcon 9 / Crew Dragon Demo-2 (crédit NASA / Bill Ingalls)

Le dimanche 31 mai, le vaisseau a réussi son amarrage à l’ISS et les 2 astronautes à bord, Doug Hurley et Bob Behnken, ont rejoint l’équipage déjà présent à bord de la Station

De haut en bas, de gauche à droite : Anatoly Ivanishin, Chris Cassidy, Ivan Vagner, Bob Behnken, Doug Hurley (photo Ivan Vagner)

Mise sur orbite réussie par la Falcon 9

Les astronautes Doug Hurley et Bob Behnken ont pris place à bord du vaisseau environ 3 heures avant le décollage, habillés de leur combinaison de vol nouvelle génération créée par SpaceX.

Doug Hurley et Bob Behnken sur le pas de tir LC-39A avant de prendre place dans le Crew Dragon (crédit SpaceX)

Le lancement était initialement prévu le mercredi 27 mais des conditions météo défavorables sur la Floride ont reporté le tir au samedi.

A 21h22 UTC exactement, la Falcon 9 décollait depuis le pas de tir LC-39A de Cap Canaveral, le pas de tir qui a vu décoller des Saturn V des missions Apollo et des Navettes Spatiales

SpaceX Demo-2 Launch (NHQ202005300011)
Décollage le 30 mai 2020 Falcon 9 / Crew Dragon Demo-2 (crédit NASA / Bill Ingalls)

12 minutes après le décollage, le vaisseau a été séparé du second étage du lanceur. 

Vue sur la partie arrière du Crew Dragon après séparation du lanceur (crédit NASA TV/ SpaceX)

Pendant ce temps, le premier étage de la Falcon 9 réussissait son atterrissage retour sur une barge au large des côtes de Floride.

Un vol d’essai

Ce vol étant un vol d’essai, le rendez-vous automatisé avec la Station Spatiale Internationale s’est déroulé après 19 heures de vol. Il s’agissait du second vol d’essai, après Demo-1 en mars 2019.

Schéma montrant la séquence de vol prévue pour la mission spatiale Demo-2 vers l’ISS avec les astronautes de la NASA Bob Behnken et Doug Hurley (crédit NASA/SpaceX)

Moins d’une minute après la séparation lanceur, le capot de protection du système d’amarrage et des senseurs stellaires, était soulevé pour permettre la navigation du vaisseau et s’assurer que le système de « docking » serait bien disponible.

S’en sont suivis beaucoup de contrôles tout au long du vol au niveau des systèmes de navigation et de télécommunications du vaisseau, des systèmes de contrôle de l’environnement (pression, thermique, humidité, etc.), des panneaux solaires et des systèmes d’alimentation électrique ainsi que des systèmes de propulsion. 

Doug Hurley, assisté de Bob Behnken, aura réalisé par deux fois le pilotage manuel du vaisseau. Ils ont pu ainsi tester les écrans tactiles qui sont une nouveauté sur un vaisseau spatial. Des boutons physiques pour désorbiter le vaisseau spatial, contrôler le système d’extinction d’incendie de la capsule et déployer des parachutes à la fin de la mission, sont toutefois présents.

Doug Hurley à gauche et Bob Behnken durant le vol Demo-2 (crédit NASA/SpaceX)

Un nouvel Endeavour

Le Crew Dragon est une capsule qui peut transporter jusqu’à 7 astronautes, mais pour les missions opérationnelles de la NASA, ce sera 4 membres d’équipage maximum et environ 180 kg de cargaison dans la partie pressurisée du cargo. Pour ce premier vol d’essai avec équipage, ils n’étaient que 2 à bord.

Bob Behnken et Doug Hurley ont surnommé le vaisseau Endeavour, en hommage à la Navette Spatiale du même nom sur laquelle les 2 astronautes ont volé (endeavour = effort en français). Endeavour est aussi le nom du bateau de James Cook, célèbre navigateur et du Module de Service d’Apollo 15. Endeavour fut la 6ème et dernière navette construite pour remplacer Challenger détruite en 1986. La Navette Endeavour effectua 25 vols.

Visite du Crew Dragon :

Détails sur le Crew Dragon dans l’article précédent :

Un amarrage en mode automatique

Après un repos de quelques heures à bord du vaisseau, les astronautes se sont préparés à l’amarrage à l’ISS.

Magnifique image de l’ISS depuis le Crew Dragon à environ 150 m de distance (crédit NASA TV)

Alors que les cargos Dragon s’approchent jusqu’alors de la Station par en dessous jusqu’à ce qu’ils soient suffisamment proches pour être capturés par le bras robotique Canadarm-2, Crew Dragon s’est positionné devant la Station et s’est déplacé dans la même direction que l’ISS. [les futurs cargos Dragon s’amarreront automatiquement aussi, sans capture par le bras]

Plusieurs points d’arrêt lors de la phase d’approche ont été effectués avant de vérifier que tout était nominal et surtout éviter que le vaisseau ne heurte la Station dans une manoeuvre incontrôlée. L’approche finale s’est faite à 10cm/s !

L’amarrage a été fait directement en mode automatique au port Harmony vers l’avant de la partie américaine de l’ISS.

Configuration de l’ISS après l’arrivée du Crew Dragon Demo-2 le 31/05/2020 (crédit NASA)

L’amarrage s’est fait au niveau de l’IDA-2, adaptateur sur le port d’amarrage installé lors d’une sortie spatiale en août 2016.

Représentation du Noeud 2 de l’ISS (Node 2) et des ports d’amarrage (via Wikipedia)

La « capture douce » a été confirmée à 14h16 UTC, et une fois les crochets d’amarrage solidement refermés, l’amarrage a été confirmé à 14h27 UTC.

S’en est suivi un certain nombre de vérifications du vaisseau et du système d’amarrage. Il est notamment très important de s’assurer d’aucune fuite d’air sur les mécanismes de liaison avant d’ouvrir les « portes ».

3 écoutilles sont à ouvrir au total : la grande trappe entre le nœud 2 de l’ISS (Node2) et PMA-2, puis une trappe plus petite entre PMA-2 et le vestibule, puis une autre écoutille entre Crew Dragon et l’ISS.

Juste avant l’ouverture de la dernière écoutille côté CrewDragon. On aperçoit Bob Behnken de l’autre côté (crédit NASA TV)

L’équipage de l’ISS a ouvert la dernière porte menant au Crew Dragon à 16h45 UTC.

Entrée de Bob Behnken dans l’ISS (crédit NASA TV)

Le commandant de l’expédition 63, l’Américain Chris Cassidy, et les cosmonautes russes Anatoly Ivanishin et Ivan Vagner ont accueilli chaleureusement Behnken et Hurley à bord de la Station.

Arrivée de Doug Hurley dans l’ISS (crédit NASA TV)

A noter toutefois, que Doug Hurley semble s’être légèrement blessé au front lors de l’entrée dans l’ISS.

Endeavour, premier vaisseau privé habité dans l’espace

Avec ce vol Crew Dragon Demo-2, SpaceX devient la première entreprise privée à transporter des humains dans l’espace.

SpaceX Demo-2 Launch (NHQ202005300057)
Décollage Falcon 9 / Crew dragon Demo-2 le 30/05/2020 avec au premier plan le hall d’assemblage final de SpaceX (crédit NASA/Bill Ingalls)

Le Commercial Crew Program

SpaceX est l’une des 2 entreprises avec Boeing à avoir remporté en 2010 le contrat CCP, Commercial Crew Program, de la NASA, initialisé avec la fin programmée des Navettes Spatiales (dernier vol en juillet 2011 avec Atlantis STS-135). L’objectif de la NASA : faire des économies et recentrer ses activités de vols habités vers Mars et désormais le retour sur la Lune. Développant le lanceur SLS et la capsule Orion à cette fin, elle a délégué les vols vers l’ISS au secteur privé.

Logo du programme Commercial Crew de la NASA (Crédit : NASA)

Le CCP fait suite au programme CRS, Commercial Ressuply Services, de cargos commerciaux de ravitaillement vers la Station Spatiale Internationale gagné par SpaceX avec son cargo Dragon et par Northrop Grumman (ex Orbital ATK) avec son cargo Cygnus.

Dans le cadre du CRS et du CCP, la NASA réalise des économies car elle paye des prestations « clés en main » à des entreprises privées sur des montants fixés à l’avance. Ces compagnies doivent fournir à la fois le lanceur et le vaisseau.

La NASA reste toutefois très engagée dans la conception des vaisseaux en contrôlant les différentes étapes de fabrication et les tests. Elle contrôle aussi la fiabilité des lanceurs.

Retour sur Terre dans ?

Pour le moment on ne sait pas combien de temps le Crew Dragon et ses 2 astronautes vont rester à l’ISS. Ils ne devraient pas rester plus de 118 jours, car le vaisseau n’est pas encore qualifié pour une durée plus longue.

L’équipage rentrera sur Terre avec un symbole : un drapeau américain fixé sur le sas Harmony lors du dernier vol d’une Navette STS-135, qui avait volé sur STS-1, et qui a attendu 9 ans avant de revoir des astronautes américains passer par là :

Résumé en vidéo

Bonus : survol de l’ISS le soir du lancement

Le 30 mai au soir, l’ISS survolait le sud de la France et était visible vers 23h15. Quelques chanceux ont même pu voir un petit point brillant suivre l’ISS, le Crew Dragon.

Pour conclure cet article, spéciale dédicace à mes nombreux « followers » sur Twitter, encore plus nombreux depuis quelques jours. Merci !

Publicités

4 Comments

  1. Endeavour fut la 6ème Navette (pas « 5ème »)

    En effet, tu as oublié « Enterprise » qui a effectué des vols atmosphériques (ALT pour Approach and Landing Tests) en 1977.

    Les 6 navettes US furent construites dans l’ordre suivant : Challenger (STA-099 puis OV-099), Enterprise (OV-101… bien qu’elle n’ait jamais effectué de vol orbital), Columbia (OV-102), Discovery (OV-103), Atlantis (OV-104) et Endeavour (OV-105).

    NB : Avec ce vol Crew dragon Demo-2, SpaceX devient la première entreprise privée à transporter des humains dans l’espace.

    –> à condition de ne parler que des vols orbitaux, c.a.d. sans tenir compte des 5 vols suborbitaux effectués par Michael W. Melvill (2 vols) et W. Brian Binnie en 2004 à bord du SpaceShipOne de Scaled Composites, puis 14 ans plus tard par Mark P. Stucky et Frederick Sturckow (ex-NASA) en 2018 ainsi que par David MacKay, Michael J. Masucci et Natalie Beth Moses en 2019 à bord du VSS Unity de Virgin Galactic.

    ***

    A noter que le « capcom » pour cette mission est Joshua Kutryk (CSA).

    Le prochain vol habité est désormais prévu pour le 30 août (ou pour septembre) 2020 et ce jusqu’en mars 2021. Donc pour dans 3 mois.

    Ce sera la mission Crew Dragon Crew-1 (plutôt Crew-2 à mon avis puisque je pense que Hurley et Behnken forment le Crew-1) selon la désignation officielle de cette mission / ISS 63-64 avec pour équipage Michael Hopkins (2e vol), Victor Glover (1er vol), Soichi Noguchi (3e vol) et Shannon Walker (2e vol) (et, pour l’instant, toujours le seul Kjell N. Lindgren en tant que doublure).

  2. Bonjour,

    Belle réussite qui doit cependant amener une réflexion globale sur le rapport entre l’Espace et les Etats-Unis.

    Depuis le début de la conquête spatiale, les Étasuniens ont un comportement égal à celui qu’ils ont en toutes choses, ils font des « coups », de la com. Ce fut d’abord la Lune tout d’un coup abandonnée sans raison particulière sinon sa budgétisation par le Congres, il fallait juste faire la « nique » aux soviétiques, c’était le seul programme.

    Il fallut combien de temps pour que l’aventure redémarre avec les navettes  » vendues » aux autorités sous des faux semblants (validité chacune 400 missions, il n’y en eut que 135 pour 5 navettes!). Bon moyen pour tomber sous le charme des sirènes commerciales !

    Maintenant 9 ans d’attente pour repartir vers l’espace, sans autre raison que commerciale cette fois et une fois de plus prouver « l’exceptionnalité » étasunienne sans beaucoup d’idées pour la suite…

    A quand une vraie coopération internationale, seule manière pour éviter qu’un cinglé moyen président ne le juge SA propriété ?

  3. Pour ce qui concerne les futures missions du « Crew Dragon », il y en aura de trois sortes :

    1) 6 missions à faire par SpaceX en coopération avec la NASA qui seront 6 vols de longue durée (de 6 mois environ) à bord de l’ISS. Elles sont désignées Crew-1, Crew-2, … Crew-6.

    La première aura pour équipage Michael Hopkins, Victor Glover, Soichi Noguchi et Shannon Walker.
    Lancement prévu à la fin août 2020.

    Je suppose que la 2e sera commandée par Kjell Lindgren ; on verra bien.

    2) plusieurs missions commerciales ou touristiques (pour touristes fortunés) à faire par SpaceX en direction de l’ISS pour une durée de un à trois mois. En ce cas, le Crew Dragon pourrait accueillir jusqu’à 7 astronautes (dont 2 professionnels à l’instar de DM-2).

    Plusieurs de ces missions sont prévues avec de futurs astronautes privés de la société Axiom Space, Inc. dont l’un des dirigeants est l’ex-astronaute Michael E. Lopez-Alegria.

    La première d’entre elles pourrait avoir lieu dès 2021 mais ça m’étonnerait ! En effet, pour l’instant, aucun d’entre eux n’a encore été désigné officiellement or cela nécessite au moins un an d’entraînement.

    Il est toutefois question de l’acteur Tom Cruise qui devrait réaliser un film à bord de l’ISS. Tant qu’il n’y propage pas la bonne parole de la scientologie, tout va bien…

    D’autres missions du même genre sont prévues avec Space Adventures.

    3) d’autres missions commerciales ou touristiques, cette fois vers la Lune (vols cislunaires) de 8 jours environ.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.