Inspiration4 de retour sur Terre

Après un vol touristique de 3 jours en orbite terrestre, l’équipage Inspiration4 est revenu sur Terre le samedi 18 septembre (en heure UTC).

Inspiration4 à l’ouverture de l’écoutille du Crew Dragon (Crédit live SpaceX)

Le premier vol entièrement constitué d’un équipage d’astronautes non professionnels s’est terminé à 23h06 UTC avec l’amerrissage de la capsule Crew Dragon au large des côtes de Floride, à environ 50 km du rivage.

Amerrissage de la capsule Crew Dragon Inspiration4 (Crédit live SpaceX)

Après l’amerrissage, les équipes du navire de récupération Go Searcher de SpaceX ont sécurisé le vaisseau spatial puis l’on hissé sur le pont principal du navire.

Hayley Arceneaux, Sian Proctor, Chris Sembroski, puis Jared Isaacman ont pu alors sortir de la capsule.

Sortie de l’équipage Inspiration4 de Crew Dragon sur le navire de récupération (crédit live SpaceX)

Le retour avait débuté avec la désorbitation du vaisseau avec l’allumage des moteurs Draco. Ce freinage des moteurs a suffisamment changé la vitesse de la capsule pour permettre à la gravité terrestre de ramener le vaisseau spatial dans l’atmosphère. Le vaisseau spatial a ensuite fermé son « cône de nez ». Lors de la rentrée atmosphérique, les astronautes ont connu jusqu’à 4G [4 fois leur poids]. La température à l’extérieur de la capsule a atteint par endroits plus de 1900 °C. 2 parachutes pilotes se sont dépliés à 18 000 pieds (5 500 m) pour stabiliser la capsule. Puis 4 parachutes principaux se sont déployés à une altitude d’environ 6 000 pieds (1830 m) pour ralentir la descente de la capsule dans les dernières minutes avant l’amerrissage.

Une mission avec des « premières » qui en annoncent d’autres

Pendant ces 3 jours, l’équipage a surtout profité de la vue unique sur la Terre alors que le vaisseau a atteint un apogée de 590 km selon SpaceX.

Les 4 astronautes ont participé à quelques expériences scientifiques en collectant des échantillons physiologiques pour évaluer les changements en microgravité. Sian Proctor a dessiné pendant le vol et Chris Sembroski a fait de la musique.

Chris Sembroski tient le ukulélé qu’il a apporté lors de la mission Inspiration4. 
En arrière-plan, Sian Proctor montre son dessin spatial  (crédit: SpaceX)

Comme les Américains aiment qualifier les « premières », ce vol est :

  • Premier vol spatial habité entièrement constitué d’astronautes non professionnels sur orbite (les Américains parlent de « civils »)
  • Première femme noire pilote de vaisseau spatial avec Sian Proctor
  • La plus jeune américaine dans l’espace avec Hayley Arceneaux
  • Première personne à voler dans l’espace avec une prothèse avec Hayley Arceneaux
  • Le vol le plus éloigné pour un vol spatial habité depuis les missions de maintenance d’Hubble
  • La première fois que trois cargos/vaisseaux Dragons de SpaceX se retrouvent en simultané dans l’espace (Crew Dragon Crew-2 et le Dragon CRS-23 actuellement amarrés à l’ISS)
  • Le premier vol habité avec un premier étage Falcon 9 réutilisé pour un 3e vol

Le principal exploit de ce vol est sans doute pour SpaceX qui a démontré sa capacité à envoyer des astronautes non professionnels en orbite terrestre dans une mission totalement automatisée. Il y a eu toutefois 2 anomalies en vol selon les déclarations de SpaceX : un capteur de température à double redondance sur un propulseur Draco (moteur d’éjection d’urgence) est devenu « hors connexion » et un problème avec un ventilateur sur le système de gestion des déchets (les toilettes) du Crew Dragon. Mais des solutions de contournement ont été trouvées.

Une vue des astronautes à l’intérieur du Crew Dragon Resilience lors de son retour sur Terre le 18 septembre 2021 (crédit : SpaceX)

Un autre exploit est la médiatisation d’une mission réservée globalement à des millionnaires (Jared Isaacman a acheté le vol des millions de dollars ; on ne connaît pas le montant exact) mais, avec intelligence, elle a été tournée en une œuvre de charité. La collecte de fonds au profit de l’hôpital St. Jude a dépassé son objectif de 200 millions de dollars, dont 50 millions d’Elon Musk.

First day in space!
Jared Isaacman dans la coupole du Crew Dragon (crédit Inspiration 4/SpaceX)

D’autres missions touristiques privées sont prévues dans les mois à venir. On en reparlera ici, car elles font aussi partie de l’exploration spatiale dans une certaine mesure.

Un jour, peut-être, comme l’avion il y a des décennies, il sera possible que des milliers personnes « comme tout le monde » puissent aller dans l’espace sans un entrainement technique poussé. Il faudra toutefois aussi, comme l’avion, que le spatial fasse des efforts pour un développement durable et le plus équitable possible.

Images de couverture : descente sous parachutes du Crew Dragon (crédit SpaceX) et l’équipage au retour au Kennedy Space Center (crédit Inspiration4 / John Kraus)

Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.