Anniversaire : 15 novembre 1988, Buran

Le 15 novembre 1988, il y a 30 ans, la navette réutilisable Buran (Bourane en français) effectuait son premier vol automatique, sans pilotes. Après 2 orbites autour de la Terre, elle effectuait le premier atterrissage automatique d’un vaisseau spatial ailé sur le Cosmodrome de Baïkonour.

Le projet spatial soviétique le plus ambitieux

Ce fut le projet du programme spatial soviétique le plus complexe et le plus coûteux. Un décret gouvernemental, le n°132-51 du 17 février 1976, a lancé le projet pour répondre au développement des navettes spatiales américaines (shuttles), et après l’annulation du programme des fusées lunaires N1.

Le programme d’un système spatial réutilisable « Energiya-Buran » est devenu le projet spatial le plus ambitieux de l’histoire spatiale soviétique selon Roscosmos dans son communiqué du 15 novembre 2018. Selon l’agence russe, 1286 entreprises et organisations de 86 ministères et départements ont participé au total au développement du système, les plus grands centres scientifiques et de production y ayant été associés. Le système Energia-Bourane a employé plus de 2,5 millions de personnes dans tout le pays, dont plus d’un million participant directement à sa création. Au début de 1992, les dépenses directes totales consacrées au programme s’élevaient à 16,4 milliards de roubles (un peu moins de 220 millions d’euros actuels). 

L’aérodrome Yubileyniy à Baïkonour est la piste d’atterrissage de la navette Buran (photo personnelle en 2006)

Un seul vol mais des développements techniques majeurs

Après 12 ans de développement et des retards inévitables vu la complexité du projet, le modèle OK-1.01 de la navette Buran (« tempête de neige » en russe) décollait attachée au lanceur lourd Energiya.

La fusée place Buran en orbite à 160 km d’altitude, et ensuite, grâce à ses propres moteurs, la navette atteint 250 km d’altitude. Elle effectue 2 orbites terrestres, et atterrit avec succès en mode automatique après 3 heures et 24 minutes de vol.

Buran, modèle de vol orbital « Baikal » (montage de Lee Brandon-Cremer)

Le « monstre » Energyia

Energiya (Энергия), c’est un premier étage (bloc A) à 4 boosters équipé d’un moteur oxygène-kérosène RD-170, le plus puissant moteur-fusée à propergol liquide à ce jour avec 740 tonnes de poussée au sol. La version RD-171, désormais sous fabrication ukrainienne, équipe actuellement les lanceurs Angara, Atlas V américains et le KSLV de la Corée du Sud. A l’époque, les RD-171 équipent déjà les lanceurs Zenit. Selon le blog buran-energia.com/, chaque booster peut être équipé de parachutes et de rétrofusées pour adoucir l’atterrissage et permettre leur réutilisation. Il y avait un projet qui prévoyait d’équiper les blocs d’ailes rétractables et de systèmes d’atterrissage automatique pour leur permettre de faire une descente dirigée et un atterrissage sur une piste d’aérodrome [ça ne vous rappelle rien ?].

Le second étage constitue le bloc central qui fonctionne avec un mélange d’hydrogène et d’oxygène liquide, et est équipé de 4 moteurs РД-0120 (RD-120), dont la poussée est de 148 tonnes chacun au sol.

Le lanceur Energiya sur le pas de tir avec la navette soviétique Buran « Baikal » en 1988. (regardez la taille des hommes en bas) (credit : Roscosmos)

La fusée est assemblée à l’horizontale et un système de roulage sur rail équipé de 4 locomotives amène l’ensemble sur le pas de tir. Avec le dispositif de transport et d’érection, le système total pesait environ 3 500 tonnes !

Le lanceur Energiya et la navette soviétique Buran « Baikal » en 1988 sur le système de transport et d’érection du lanceur (credit : Roscosmos)

Cosmodrome-09

Photo personnelle du système de transport d’Energia/Bourane prise en 2016

Le 15 mai 1987, le premier vol d’Energiya (sans navette) est effectué du site 250 à Baïkonour avec la charge militaire Polyus / Skif-DM. La fusée a parfaitement fonctionné. Mais le satellite Polyus connaît un problème de son système de navigation, ne se met pas sur orbite et termine dans l’océan.

Buran, l’autre navette spatiale

Buran, c’est 36 mètres de long, 16 m de haut, 24 m d’envergure, 105 tonnes au décollage. Elle ressemble beaucoup à la Navette américaine mais diffère par exemple de cette dernière par ses moteurs qui ne servent qu’à l’atterrissage, offrant ainsi une plus grande manœuvrabilité en phase d’approche. Et surtout elle a volé en mode automatique à son premier (et seul) vol !

Des modèles de test et cinq modèles de vol ont été construits mais tous n’étaient pas achevés à l’arrêt du programme.

Buran, modèle d’atterrissage, exposé actuellement au musée Speyer en Allemagne (montage de Lee Brandon-Cremer)
Buran, modèle de test carburant et de sauvetage de l’équipage, stocké à Baïkonour (montage de Lee Brandon-Cremer)
Buran, modèle de test électrique et logiciel, stocké à l’usine d’Energia chez Korolev (montage de Lee Brandon-Cremer)
Buran, modèle de tests thermiques et mécaniques, exposée à Baïkonour (montage de Lee Brandon-Cremer)
Buran, modèle de tests thermiques, mécanique et acoustique, exposé à Moscou (montage de Lee Brandon-Cremer)
Buran, modèle de tests thermiques et mécaniques. Le corps central est exposé à Moscou (montage de Lee Brandon-Cremer)
Buran, modèle de vol complet à 90% (montage de Lee Brandon-Cremer)
Buran, modèle de vol incomplet (montage de Lee Brandon-Cremer)
Buran, modèle de vol incomplet (montage de Lee Brandon-Cremer)
Buran, modèle de vol incomplet (montage de Lee Brandon-CremerAprès le vol inaugural de 1988, le modèle OK-1.01 fait sa première apparition publique au Salon du Bourget sur le dos d’un Antonov 225, dont c’est la première présentation aux Occidentaux.


Le programme Buran est officiellement annulé le 30 juin 1993, après la chute de l’URSS.

En 1988, la navette russe Buran est visible sur le dos de son avion de transport An 225 Mriya au salon du Bourget (photo personnelle)

Plus de détails sur Energyia et Buran sur ces sites en français : http://www.buran.fr/ et CapComEspace

et cette vidéo d’Hugo Lisoir

 

2 commentaires sur “Anniversaire : 15 novembre 1988, Buran”

  1. NB : c’est avec le modèle « Analog » OK-GLI, désigné également BTS-02 que 34 essais (9 de roulage et 25 vols atmosphériques) ont été effectués du 29.12.1984 au 29.12.1989.

    Vols d’essai

    Neuf essais de roulage et vingt-cinq vols d’essai d’OK-GLI ont été réalisés, après quoi la navette a été « usée ». Tous les tests et les vols ont été effectués à Baïkonour.

    Date / Description / Équipage
    29 décembre 1984 Essai de roulage 1 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    2 août 1985 Essai de roulage 2 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    5 octobre 1985 Essai de roulage 3 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    15 octobre 1985 Essai de roulage 4 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    10 novembre 1985 Vol 1 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    15 novembre 1985 Essai de roulage 5 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    3 janvier 1986 Vol 2 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    6 avril 1986 Essai de roulage 6 Anatoli Levchenko, Alexandr Shchukin
    27 mai 1986 Vol 3 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    11 juin 1986 Vol 4 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    20 juin 1986 Vol 5 Anatoli Levchenko, Alexandr Shchukin
    28 juin 1986 Vol 6 Anatoli Levchenko, Alexandr Shchukin
    10 décembre 1986 Vol 7 Rimantas Stankevičius, Igor Volk.
    (Premier atterrissage automatique)
    23 décembre 1986 Vol 8 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    29 décembre 1986 Vol 9 Anatoli Levchenko, Alexandr Shchukin
    16 février 1987 Vol 10 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    25 février 1987 Vol 11 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    29 mars 1987 Essai de roulage 7 Anatoli Levchenko, Alexandr Shchukin
    30 mars 1987 Essai de roulage 8 Anatoli Levchenko, Alexandr Shchukin
    21 mai 1987 Vol 12 Anatoli Levchenko, Alexandr Shchukin
    25 juin 1987 Vol 13 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    5 octobre 1987 Vol 14 Alexandr Shchukin, Igor Volk.
    (Atterrissage automatique)
    15 octobre 1987 Vol 15 Ivan Bachurin, Aleksei Boroday
    16 janvier 1988 Vol 16 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    24 janvier 1988 Vol 17 Ivan Bachurin, Aleksei Boroday
    23 février 1988 Vol 18 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    4 mars 1988 Vol 19 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    12 mars 1988 Vol 20 Ivan Bachurin, Aleksei Boroday
    23 mars 1988 Vol 21 Ivan Bachurin, Aleksei Boroday
    28 mars 1988 Vol 22 Ivan Bachurin, Aleksei Boroday
    2 avril 1988 Vol 23 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    8 avril 1988 Vol 24 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    15 avril 1988 Vol 25 Rimantas Stankevičius, Igor Volk
    29 décembre 1989 Essai de roulage 9 Rimantas Stankevičius, Viktor Zabolotski

    A noter que parmi ces cosmonautes, seuls Volk et Levchenko sont allés dans l’espace.

    De très nombreux autres cosmonautes ou pilotes d’essai ont effectué des essais divers et variés en liaison avec le programme Energiya-Buran ou ses prédécesseurs, Spiral (ou Lapot) par exemple. Il est quasiment impossible d’en dresser la liste complète en raison de sources contradictoires.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.